archive

Archives de Tag: minimalisme

20120502-204619.jpg

+

Publicités

20111207-220236.jpg

Un disque minimaliste oublié, au saxophone, composé par un des musiciens de la scène minimaliste de New York dans les 70’s. Landry était sur les enregistrements de Phil Glass, mais il a surtout fait ce disque réédité cette année, qui oscille entre suspension, transe, répétition. Il,est sorti sur le même label qui a édité récemment le beau disque de Blue Gene Tyranny au piano.

Samedi soir, pendant le Minimal Mix au collège des Bernardins avec Rhys Chatham, j’ai joué deux morceaux de Pandit Pran Nath et au moins deux de Terry Riley. Pendant la soirée, j’ai tenté de noter les morceaux que je passais (tout n’était pas programméà la minute, j’aime bien laisser la place à un peu d’improvisation – comme la dernière heure durant laquelle Rhys a joué de la guitare puis de la trompette avec ce que je mixais sur 3 ou 4 pistes mêlées). Alors, voici, déjà, ce que je n’ai pas oublié par ordre d’apparition :

Steve Reich – Come Out

Terry Riley – Poppy Nogood

Tony Conrad – 4 Violins (avec Rhys Chatham)

Jim O’Rourke – Happy Days

Gavin Bryars – Jesus’ Blood Never Failed Me Yet

Folke Rabe – Was ??

Eleh – Meditations & Improvisations vol.II

Eliane Radigue – Geerliandre (avec Rhys Chatham)

Ensuite, en vrac et entre autres, il y a eu :

Charlemagne Palestine – Strumming Music (avec Rhys Chatham)

Pandit Pran Nath – Yaman Kalyan & Punjabi Berva

Discipline – Port Tropique

Barn Owl & The Infinite Strings Ensemble – Headlands 1 & 4

William Fowler Collins -Enter The Host

La Monte Young – 13 I 73 5:35 – 6:14:03 PM NYC (Avec Rhys Chatham)

Eliane Radigue – Transamorem Transmortem

Terry Riley – You’re No Good

Hermann Nitsch – Harmonium 1

Sunn O))) – Descent / Ascent

Dans le cadre du cycle de concerts alterminimalistes organisés au couvent des Bernardins par David Sanson, il faut à tout prix aller voir et écouter Oren Ambarchi, guitariste dont j’affectionne particulièrement les touches minimales, les esquisses de son, les vibrations presque mélodiques. La bonne nouvelle, c’est qu’avant lui, la salle accueille un duo qui a tout pour plaire : Quentin Sirjack et Steve Argüelles. Bonne soirée, en perspective : des infos par ici.

%d blogueurs aiment cette page :