Polaris

20140123-222717.jpg
Avec un nom évoquant le film de Tarkovsky, Solaris, et un design privilégiant l’énigme quasi post-techno, le Polaris de Jonathan Fitoussi, en transparences à la Faust aussi, recèle un enregistrement relevant de l’utopie minimaliste réinventée de la plus jolie façon : synthétiseurs et orgue (essentiel), ainsi que, surtout, une idée de la lenteur du temps, plus important que tout. Une réussite indéniable qui convoque imaginaire et cosmogonie.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :