Une idée de la mémoire

Daft-Punk-Random-Access-MemoriesUne chronique de RAM, par ici.

Advertisements
1 commentaire
  1. Bebert1914 a dit:

    J’ai appris hier (bien en retard) la mort de Jason Molina survenue le 16 mars dernier . J’ai donc logiquement été sur ton blog , étant sûr que tu avais mis quelque chose à ce sujet .Je savais qu’il avait des problèmes de santé le laissant depuis de nombreux mois à l’écart de la musique mais le peu d’infos et de communiqués disponibles laissaient croire qu’il allait remonter la pente et s’en remettre mais malheureusement il en a été tout autrement et c’est ma foi extrêmement triste. Plus possible Joseph d’ajouter un commentaire sous ton post Jason Molina RIP , bref post certes mais qui prend la mesure de la chose encore que le rapprochement même inter-générationnel avec Neil Young m’énerve ; Jason Molina c’est Jason Molina et personne d’autre : en fait je préfère de loin la musique de Jason Molina ( pas tous ces tics bluesy un peu pénibles , une musique moins mainstream , plus de mélancolie , une voix tellement plus belle , un son plus plein et plus ample , des albums plus intenses et plus exigeants de bout en bout , sans relâchements , une démarche musicale peut-être plus dépouillée , plus à l’écoute de la voix intérieure ne laissant donc peu de place à l’éparpillement ou au « faire pour faire » , mais bien sur je ne vais pas nier que la musique de Molina n’a pas d’énormes similitudes avec celle de Neil Young , je dirais simplement et peut-être de façon un peu pète-sec que sur cinq/six des albums de Molina parfaits de bout en bout, il l’a totalement surclassé , et pour moi ,toutes catégories et familles musicales confondues, ces albums resteront des immenses oeuvres , des sommets de la musique , indispensables et irremplaçables , de la poésie pure intensément fiévreuse et gracieuse , fruit d’une âme qui a douloureusement et infatigablement puisé dans sa source , s’aidant pour cela d’un savoir faire musical sûr et solide , d’excellents musiciens, d’un ingénieur du son « à l’ancienne » , clairvoyant et à l’écoute (avec le matos et les moyens d’enregistrement maitrisés qui vont avec , merci Steve Albini ! ) et d’une voix bénie des dieux .
    Je tiens à remercier Pierre Lemarchand pour son bel hommage à Jason Molina dans deux éditions de son émission That’s all Folks disponibles à la réécoute sur RCF Haute Normandie et les quelques chroniqueurs rock concernés , musiciens ou fans qui ont écris de belles choses , ayant souvent du mal à cacher leur immense douleur de voir un tel songwriter nous ayant tant donner nous quitter.
    Il y a peut-être des choses certes plus graves sur terre , pourtant je crois que plus que jamais à notre époque , ce type d’artiste confidentiel qui va au plus essentiel – que certains médias bien en vue nous ont il n’y a pas si longtemps que cela faits découvrir mais qui sont pourtant aujourd’hui ceux-là même qui , avec les mutations inhérentes à la société de consommation dévorante, avec la pression des modes et du tout marketing , avec le diktat de l’audimat , du buzz et du chiffre , ont actuellement tendance à les délaisser – me paraitrait d’utilité publique aujourd’hui afin de contrebalancer un peu l’omnipotence du monstre toujours plus laid et stupide d’en face , tant justement ce désir du tout festif au goût frelaté sonne tellement faux à force de conduites dominantes normatives dictées à gros coups d’annonces publicitaires voulant imposer à la masse ou portions de masse , un certain crédo/créneau de la fête , à gros coups de paillettes de moutons de panurge , de com tapageuse obscène et fasciste, de téléphones portables et d’appareils photos vidéos à la con qui ont maintenant tristement envahi ces soi-disantes fêtes (je ne vois pas comment on peut faire la fête , la vraie , celle du corps et de l’esprit , rivée pendant tout un concert à son doudou numérique ) . La musique de Jason Molina , c’est aussi la fête , peut-être celle qui est primordiale d’ailleurs , celle qui ne supporte aucun faux-semblant pour celui qui peut et sait l’accueillir .

    Le décès de Jason m’a affecté . J’aurais vraiment aimé le voir un jour en concert avec ses quatre acolytes ( sur certaines vidéos , c’est déjà vraiment agréable et touchant ) .
    J’aurais préférer Joseph (et toi aussi ! ) ne pas me remanifester (après un long temps d’abscence) sur ton blog à travers un commentaire et plutôt voir se remanifester , voir réapparaitre Jason Molina à travers de nouvelles chansons et concerts mais il en va ainsi . Le principal , c’est tout de même ce que ce grand bonhomme nous laisse .

    Ne te méprends surtout pas , ne va pas croire que je milite pour un seul et unique style de musique , et que j’aurais du mépris ou de l’aversion pour un style ou un autre comme pour le disco par exemple ( je jetterai d’ailleurs peut-être une oreille sur ce fameux nouveau Daft Punk dont tout le monde a l’air de parler bien que j’avoue que le single « Get Lucky » me laisse vraiment de marbre par son côté gros son chimique RnB daube commerciale ) ; bien au contraire , je suis un vrai caméléon , un peu comme toi je crois !

    Il m’arrive d’écouter , à des moments où l’humeur va avec, de la disco avec un plaisir inouï , et je peux alors danser et gesticuler dans tous les sens (mais j’ai tout de même peu de disques disco à la maison ! Il y en a un que j’adore , c’est Energy to Burn par BT Express )

    RIP Jason

    ps : sur Jason Molina , un documentaire vraiment bien à voir sur le net intitulé « Recording Josephine » d’une durée de 70 min et qui filme les sessions d’enregistrement du Magnolia Electric Co en 2009 au studio d’Albini à Chicago pour l’album Josephine (excellent album d’ailleurs qui pouvait laisser présager encore le meilleur pour la suite) .

%d blogueurs aiment cette page :