Ya Ho Wa

20130311-203245.jpg

4 commentaires
  1. ah ! excellent !

    + le trailer du film

  2. jacques d. a dit:

    Bon, d’abord il faut aimer le blanc, les tuniques blanches et la musique satisfaite d’elle même, complaisante, simpliste… ce type et sa famille (« je vous hais » aimait à rappeler Gide) avaient le sens du marketing, pas vraiment celui de la mesure. Rameuter le ban et l’arrière-ban de la sphère « indie » (putain ! le bonnet péruvien avec nattes, y a pas une mesure d’interdiction qui pourrait empêcher ça ?) pour tenter de refourguer, en surfant sur la vague psyché, un truc qui sentait déjà le gros faisan au départ, faut vraiment pas avoir d’amour propre. Je me souviens avoir acheté un disque (maronasse était la couleur de ce vynil, pour ne pas dire caca), il y a longtemps, chez Punk Records à Nancy, sur les conseils d’un maître ès psychédélisme plutôt envapé… bon sang, lui en ai voulu pendant des semaines. Que le passé soit repavé de bons gros sentiments, plus personne n’ose même en douter, j’aimerais souvent qu’il soit purement et simplement goudronné… avec des plumes et baladé sur un rail (et pas forcément de coke) !

%d blogueurs aiment cette page :