2012 par Audimat (Guillaume Heuguet & Etienne Menu)

Rihanna-Diamonds-608fernow_header_medium_image

Beaucoup de choses intéressantes écrites sur la musique ces derniers mois (j’y reviens bientôt, promis) et notamment la revue Audimat, petit format, papier journal, qui se glisse sous la poche et qui est l’oeuvre de deux garçons croisés ces dernières années, Guillaume et Etienne, tous deux fans de musique, soit-elle de bruit ou de mélodie ou des deux ensemble. Ils m’ont chacun écrit un bilan de leur année écoulée, en reflet de leur revue. Les textes suivent :

Guillaume Heuguet :
« Cette année j’ai écouté plus souvent la même chose, je ne sais pas si on doit appeller ça de la modération ;

– J’ai passé une bonne partie de l’année en compagnie assez techno-puritaine, avec notamment Robert Hood – Nighttime world v.3 (Music Man), Juju & Jordash – Techno Primitivism (Dekmantel), EQD – 111 (EQD) & Shed – The Killer (50 weapons)

– J’étais d’abord sceptique vis à vis de Raime mais l’album Quarter turns over a living line (Blackest Ever Black) m’a définitivement infecté et converti

– Passionnants par dessus tout, tous les symptômes du débordement du noise par la techno et réciproquement : IUEKE – Tapes (Antinote), Bad News – More Bad News (L.I.E.S), Pete Swanson – Pro Style (Type) (et son live), S/V/R – Célébration Noire (Handmade Birds, un des labels les plus intriguants cette année), auxquels je ne peux pas ne pas rajouter le maxi de Somaticae chez nous (In Paradisum)

– Une petite série de maxis importants, avec pour ce qui me vient comme ça, Unit Moebius Anonymous – SD23 (Syncom Data) ; Untold – Change in a dynamic environment 1-2-3 (Hemlock) ; Perc – A new brutality (Perc Trax), mais aussi des artistes comme Lakker, Frak, Low Jack, Karenn, Container, Pinion, …

– Vatican Shadow – Kneel before religious icons (Type), mais en fait j’ai passé l’année à me passer sa discographie en musique d’ambiance, un véritable remède dans le mal en période de paranoïa

– Tous les moments house à la Glenn Underground du live de The Analog Cops

– Au niveau rétrospectif (et toujours sans nostalgie), Various / Dabke – Sound of the syrian houran (Sham Palace) et The Burrell Brothers – The Nu Groove Years 1988-1992 (Rush Hour), le premier Tuxedomoon

– Black Dog & Regis – We Confess 1977 – 1984 (R.I.P mnmlssgs), les sélection de Test Pressing « London Clubs » (testpressingorg), tous les mixes de Ron Morelli et de Kiran Siande pour Blackest Ever Black

– Sans oublier des chansons comme Rihanna – Love without tragedy / Mother Mary, Usher – Climax, Santigold – Disparate Youth, Jeremih – Fuck u all the time, Swizz Beats – Street Knock et depuis trois jours Miguel – Adorn »

Etienne Menu :
« Cette année pour la première fois de ma vie, et sans vraiment m’en rendre compte, je n’ai écouté que de la musique chaleureuse, enveloppante, à taux élevé de sweetness câlinante. Je ne fais pas spécialement un rejet des autres émotions générées par la musique, et dans l’absolu je trouve par exemple hyper bien la scène hybride techno/noise, mais de fait je ne l’écoute qu’à titre informatif.

Le truc cool avec ce champ restreint d’écoute, c’est que ces morceaux tout doux font tellement de bien qu’on peut les écouter vraiment plein de fois. Ce sont tous des tubes, au moins en puissance, dont on ne se lasse pas facilement. Du coup on passe moins de temps à chercher frénétiquement des tracks sur Internet – et du coup on écoute aussi moins de musique de club ultra fonctionnelle. Et je me suis aussi mis à écouter des albums en entier, ce qui est une première pour moi.

Donc dans l’ordre chronologique j’ai aimé les albums de The Internet (franchement j’ai rien compris à ceux qui ont trouvé ce disque bâclé trop dérivatif), Bebetune$/Ferraro (c’est techniquement fin 2011 mais comme j’ai moins aimé Sushi, sorti à la rentrée, que ses trois trucs de 2011 je me permets cette entorse), Chassol (on l’a déjà dit mais c’est vraiment un miracle ce disque), A$AP Rocky (qui est hyper doux quand on y pense), Jeremih (une mixtape pour être exact mais bon ne pinaillons pas trop le truc est tellement dingue !), Frank Ocean (pas toutes les chansons mais le mec impose tellement de nouvelles choses tout en restant hyper tradi que c’est pas grave), Brandy (le retour trop tendre), Kendrick Lamar (de la variété rap veloutée-volutée, du rap d’adulte qui se met bien).

Questions singles ou plutôt morceaux isolés, j’ai kiffé Chippy Nonstop – « R U Down », GOOD Music – « Higher » (et aussi « Clique » et « Mercy »), tout ce que font Disclosure et AlunaGeorge, et Rihanna – « Diamonds ».

Seule exception au régime sweet, quelques tracks du disque de Booba, notamment « Pirates » avec son couplet à deux voies et ses phases genre « Gallardo, M3, M6, Séverine Ferrer ».

En vieux, j’ai découvert Tapestry de Carole King (un album de variétés d’auteur qui s’est vendu par dizaines de millions d’exemplaires dans les années 70 et que je n’avais jamais écouté, c’est vraiment l’ambiance “cousine artiste hippie indépendante qui vous accueille dans sa maison de l’arrière pays niçois” et j’adore!), David Crosby – I Can’t Even Remember My Name (une des références de la collection French Americana de la marque Sixpack France), un best-of de Laurent Voulzy, le premier Julien Clerc, et même un peu de Marc Lavoine (ouais ouais). Dans les trucs plus « niche » j’ai réécouté le premier album de A Reminiscent Drive (un genre de génial exercice de méditation autour de la mélancolie occidentale), et découvert (via mon ami l’indispensable Olivier Lamm de The Drone et Chronicart) I Trawl the Megahertz de Paddy McAloon (à la fois rassurant et poignant, à écouter au bureau en regardant par la fenêtre) et CM/TV, l’exceptionnelle anthologie de musiques fonctionnelles de Ryuichi Sakamoto. Je dois oublier des choses, évidemment, mais en tout cas j’ai eu un rapport à la fois très sain et très agréable à la musique au cours de ces 12 mois et j’en suis très content, je dois bien le dire. »

7 commentaires
  1. RZB-DRK a dit:

    Merci Etienne pour l’arrière-pays niçois ! Mais Carole King, c’est un peu ça, c’est vrai !

  2. En tout cas, « Audimat » a été un de mes livre préféré de l’année. Un recueil de textes à l’analyse pertinente dans un format original.

  3. EtienneMenu a dit:

    RZB, J’ai vraiment rien contre l’arrière-pays niçois, bien au contraire! Et merci Francky pour Audimat, un numéro 2 sort en juin.

    • RZB-DRK a dit:

      J’avais bien compris, pas de soucis !
      J’en aurais long à raconter sur « Tapestry » et Nice, sur le chat de la pochette, mais non, une autre fois, de visu qui sait ?

    • Cool, excellente news !!!

  4. hh a dit:

    si Mr Etienne Menu voulait bien écrire en français ce serait appréciable

  5. hh a dit:

    ou de débiter des âneries

%d blogueurs aiment cette page :