Des dessins et des livres venus de 2012

20121105-192233.jpg

Sans vraiment y prendre garde, certaines années, vous êtes quittés, abandonnés. En 2012, c’est la bande dessinée qui m’a déserté. Entièrement. Peu de livres m’auront emballé, peu de BD auront su me cueillir, me surprendre, évoquer en moi, entre elles et moi, ce même sentiment d’étrangeté qui m’aura longtemps tenu à son propos. Et me forçait, m’obligeait à écrire. Cette année, les livres de dessin, les romans graphiques, auront été trop sages, sans surprise. En tout cas en ce qui concerne ceux qui venaient des mêmes franges qu’auparavant, pour la plupart. Au moment de faire un bilan, il y en a tout de même quelques-uns qui se sont imposés. Mais, en y regardant bien, ils sont issus d’auteurs déjà fréquentés – dire que le meilleur livre de l’année, c’est celui de Charles Burns est une joie, mais aussi une déception : personne n’aura surgi pour prendre la place de Burns ou de Clowes. Dire aussi que certains des beaux livres de l’année ont pris des formes très lointaines de la BD est un encouragement, mais aussi une déception : qui a lu les Enfants Pâles, qui a lu Big Questions ou la fable animalière de Matthew Thurber, livres gargantuesques qui méritent d’y consacrer une vie entière ? Mais, au fond, ce qui est le plus surprenant cette année, c’est un double mouvement : celui du retour à des choses classiques, relevant souvent de la nostalgie (Serge Clerc & Phil Perfect réédité, Blake & Mortimer impeccable, Loustal en grande forme, des dizaines de rééditions splendides…) ou d’une attitude irrémédiablement punk – ce qui aura suscité la meilleure frénésie, la plus irrésistible envie de tourner des pages, ce sont les livres déviants de Johnny Ryan et celui, imparable, de Josh Simmons d’où se dégage une cruauté que l’on pensait ne plus fréquenter en BD. Une cruauté qui présage d’un futur d’Apocalypse, si tant est que l’on puisse laisser à ce jeune auteur la place pour s’exprimer, la latitude pour faire des livres au vitriol, à l’acide. Evidemment, il n’est pas traduit en France. Dommage, son livre, recueil d’histoires brutales, est une perle de frayeur, rare.

Josh Simmons, the furry trap (Fantagraphics)

Charles Burns, La Ruche (Cornelius)

Savage Pencil, Trip or Squeek’s big amplifier (Strange Attractor)

Karl Wirsum, Drawings 1967-1970 (Picturebox)

Johnny Ryan, Prison Pit 4 (Fantagraphics)

Jim Starlin, Essential Warlock (Marvel)

George Herriman, Krazy Kat vol1(Les Rêveurs)

Floc’h Où mène la vie ? (Hélium)

Pierre la police, les praticiens de l’infernal (Cornelius)

Johnny Negron, Negron (Picturebox)

Loo Hui Phang et Philippe Dupuy, Les enfants Pâles (Futuropolis)

Anders Nilsen, Big questions (L’Association)

Matthew Thurber, 1-800 Mouse Trap (Picturebox)

Basil Wolverton, Spacehawk (Fantagraphics)

Serge Clerc, l’Intégrale Phil Perfect (Dupuis)

Namio Harukawa, Maxi Cula (United Dead Artists)

Raymond Pettibon, Whuytuyp (JRP Ringier)

Cf, Sédiment (Picturebox)

Stu Mead, Fentasia (Le Dernier Cri)

Poïvet & Charlier, Guy Lebleu (Sangam)

Bruno Richard, Dead dog vaginas (Timeless)

Revue Ms meesterd (Ultra Eczema)

Hendrik Hegray & Jonas Delaborde, Nazi Knife 9 (FLTMSTPC)

Collectif, Weird science (Akileos)

Juillard & Sente, Blake et Mortimer : Le serment des cinq lords (Dargaud)

Stéphane Prigent, False Prophets (Editions FPCF)

Ron Rege, The Cartoon Utopia (Picturebox)

Hendrik Hegray, Fine Young Cannibals (warmgrey)

Rory Hayes, The Dolls Weekly and the Crawlee Things (United Dead Artists)

Loustal & Götting, Pigalle 62.27 (Casterman)

10 commentaires
  1. Je suis pas mal raccord avec toi, 2012 n’aura pas été un grand cru B.D. Malgré tout, j’ai quand même lu de très bons albums, certes minoritaires.
    En plus de ceux que tu as cités (mais que je n’ai pas tous lu), j’ajouterai quelques très grands livres :

    _ « Blast 3, La tête la première » – Manu Larcenet (Dargaud)
    _ « Aàma T.2, La multitude invicible » – Frederik Peeters (Gallimard)
    _ « Les lumières de Tyr » – Joseph Safieddine & Xavier Jimenez (Steinkis)
    _ « Any Empire » – Nate Powell (Sarbacane) [J’avais déjà adoré son « Swallow Me Whole » en 2009].
    _ « Paolo Pinocchio » – Lucas Varela
    _ « La Blogosphère » + « L’amour’ + « La famille » – Bastien Vives (Delcourt – Collection Shampooing)
    _ « Un printemps à Tchernobyl » – Emmanuel Lepage (Futuropolis)

    Voilà pour les livres qui m’ont le plus marqué……

  2. auxaguets a dit:

    Bien vu, mais il ne faudrait pas oublier avec le Nazi Knife 9, l’étonnant Nazi Knife 8, des mêmes Hendrik Hegray & Jonas Delaborde…

  3. Ollie a dit:

    personne ne cite le très (trop?) riche Building Stories de Chris Ware?

    Etonnant et surpris de voir le Blake et Mortimer! Je vais jeter un oeil/ La saga Aama me tente bien aussi.
    Pour le Warlock je lui préfère les Marvel Masterworks, plus couteux; plus avare en contenu mais disons que pour moi la couleur est très importante dans ce genre de récit (comme pour Dr Strange, d’ailleurs une réedition en souple du 2eme masterworks est prévu pour février).

    • Si la saga « Aàma » te tente, je te conseille de lire le Tome 1 avant le 2 afin de bien comprendre et d’apprécier ce petit bijou au mieux.
      Pour moi, « Aàma T.2, La multitude invicible » est le meilleur album 2012 et Peeters un des immenses créateurs actuels de bande dessinée, à l’égal des Chris Ware, Charles Burns ou Daniel Clowes.

      • Ollie a dit:

        oui t’inquietes je pensais bien entendu commencer par le 1. J’avais par ailleurs vu la couv sur ce blog. En tout cas merci, le visuel est plutôt attirant.

  4. joseph a dit:

    Le Blake et Mortimer m’a surpris aussi, en me tenant plutôt bien. Récit très classique mais avec quelques fulgurances et j’aime bien la façon dont ça joue très effrontément avec la réalité et les mythes.

  5. joseph a dit:

    Pour Warlock, oui, moi aussi je préfère la couleur, mais j’aime surtout la couleur d’époque (je ne sais pas si les masterworks ont été recolorisés ?) – et puis, avec ce volume-ci, j’ai retrouvé un peu le goût du Warlock publié en petit format n&b en France…

    • Ollie a dit:

      oui cela a été recolorisé car le papier est glacé mais ca reste ok (après je ne connais pas les pages couleurs d’origine mais ca me vexe pas autant que celle sur des réeditions de type Dark Knight de Marshall Rogers). Je trouve qu’au niveau des réed couleurs DC fait beaucoup mieux avec les 4th World ou Kamandi (malgré un prix assez scandaleux au final…)

  6. Outre les formidables « Praticiens de L’Infernal », il ne faudrait pas négliger le recueil « Science Foot » de Pierre La Police. Le foot c’est moche, mais sous les doigts de La Police c’est follement hilarant. Le truc le plus drôle de l’année.

  7. Ollie a dit:

    C’est vrai que Pierre La Police est un des rares auteurs qui me fait pouffer de rires à chacune de ses œuvre.Sinon cette année il y a eut : Skibber Bee Bye, Faits Divers (bref Cornelius quoi). Par rapport au Weird Science il y a aussi les compil Eerie et Creepy.pour ceux qui aiment les EC. Sinon il y a une intégrale de Mr Pabo écrit par Fred Andrieu chez les Requins Marteaux que je ne possède pas encore, quelqu’un y a jeté un oeil?

%d blogueurs aiment cette page :