Les BD de 2012 par David Blot

Cooke_Parker_Score_1

David Blot fait partie de ces rares personnes croisées dans les années 90 dans deux endroits qui auront tenu la décennie : le magasin Rough Trade et la librairie Album comics. Pas fréquent de voir les fans du premier déambuler dans l’allée du second : une poignée, à peine. Et puis, on pouvait aussi apercevoir (et entendre) David du côté de Radio nova, et le lire parfois dans les Inrocks. Il a été l’un des premiers à m’inviter dans une émission de radio : c’était à l’époque où j’écrivais pour Magic et avec nous, il y avait les quatre membres de Can et Jean-François Bizot, pas loin. Le genre d’émission et de moment, l’après-midi, qui vous hante la vie… David Blot a aussi écrit l’une des BD les plus marquantes sur la musique, Le chant de la machine, et a récidivé récemment avec Yesterday, jolie variation autour des Beatles. Récemment, il a repris du service chez Nova où il officie chaque soir à 20h et le weekend pour une spéciale DJ invités en live. Toujours amateur de bandes dessinées, je lui ai demandé un top 2012 du genre, pensant y trouver beaucoup d’Américains. Je me trompais, tant mieux, ne serait-ce que parce que tout comme lui, le Blake et Mortimer de saison m’a happé, inattendu.

1 – LA FAMILLE Vivès (Delcourt)
J’ai dû l’acheter 10 fois, offert 9 fois et lu 37 fois.

2 – PARKER : THE SCORE Westlake / Cooke (IDW / Dargaud)
La plus pure et brillante des adaptations du Parker de Westlake par Darwynn Cooke, le meilleur dessinateur du moment.

3 – LE JOURNAL DE SPIROU (Dupuis)
Toujours. 75 ans !

4 – MOI RENE TARDI PRISONNIER DE GUERRE T1 Tardi (Casterman)
Non je sais que Tardi et la guerre c’est un peu usité comme histoire, mais les souvenirs de son père en détention en Allemagne sont captivants.

5 – UN PRINTEMPS A TCHERNOBYL Lepage (Futuropolis)
Tchernobyl en reportage vécu comme idyllique et apaisé, c’est assez beau, surprenant, choquant et totalement hors du temps et du commun.

6 – BLAKE ET MORTIMER T21 Sente / Julliard (Blake & Mortimer)
N’appréciant que très moyennement Blake et Mortimer, je tombe dessus par hasard et suis scié par un scénario malin et référencé. Bel ouvrage !

7 – FATALE Brubaker / Phillips (IDW / Delcourt)
Tout ce que font Brubaker et Phillips est intéressant. Fatale est à mi chemin du horror comics et du polar à la Criminal, vivement la suite.

8 – JEROME K JEROME BLOCHE T23 Dodier (Dupuis)
Polar urbain, dans tous les sens du terme, simple, drôle et sans prétention. C’est aussi graphiquement parfaitement construit. Bel ouvrage 2 !

9 – TEXAS COWBOY Trondheim / Bonhomme (Dupuis)
Le western en bd y a pas à dire, c’est bien.

10 – LES FAUX VISAGES David B / Tanquerelle (Futuropolis)
Le gang des postiches casse par casse. C’est sec, sans fioritures et sans glamour. Impartial.

1 commentaire
  1. Je ne sais pas si c’est un cas général mais perso, je trouve que B.D et Indie Rock (ou musique en générale) font très bon ménage ! Je dirais même que c’est le « médium » artistique par excellence pour la raconter. Pas que pour le rock mais aussi les autres musiques comme le jazz. J’ai toujours au fond de ma mémoire (et de mon coeur) ce superbe livre ultra poétique de Pascal Jousselin « Somewhere Else », recueil de saynètes surréaliste portant chacune pour titre 1 grand standard du Jazz !!!

    Une émission de radio avec les membres de Can et Jean-François Bizot, la classe !! Le genre de souvenir qui en impose.

    Je n’ai pas découvert « Le chant de la machine » de David Blot & Mathias Cousin à sa sortie (2002 et 2003) mais l’an dernier avec l’intégral préfacé par….Daft Punk. C’est une bande dessinée qui m’a véritablement scotché, une « Techno B.D » en quelque sorte (n°4 de mon top B.D 2011).

    Et cette sélecta 2012 est sympa, éclectique et pertinente.
    Bravo et merci !!!

%d blogueurs aiment cette page :