archive

Archives Mensuelles: octobre 2012

Blanche Blanche Blanche vient de sortir un album chez La Station Radar. Et a fait une mixtape pour Obsession qui se télécharge par ici. Et si vous voulez en savoir plus sur ce groupe, lisez l’interview ci-dessous, faites par mail…

1. When did your band start and what made you want to start it ?
the band was already started, we just had to join!
2. What are the foundations of your Sound ? (instruments, influences, etc.)
we take our friends’ music as counterexample. shout out to Chris Weisman, Ruth Garbus, Big French, Happy Jawbone, and the many masters of Brattleboro, VT.
3. You have released tapes and vinyls : what is the attraction of those formats ?
we want to do CDs but people love vinyl and it sticks around for a while.
4. How does a new band like yours exist and survive in a digitlized music world ?
by creating radical red content in an ocean of blue.
5. Some of your tracks remind me of some Throbbing Gristle tracks which had an ironic take on pop songs and pop culture. Is irony a necessity for you ?
the failure of irony to address anything but itself is something we seek to avoid in every instance.
6. Are you more into analog instruments than digital ?
we’ll take whatever we can get our hands on!
7. How did you get à record release on a French label ?
Fleur & Jerome approached us and gave us an offer we couldn’t refuse.
8. If all your hard drives were to crash and you only had one tape of music left : what would you want to be on it ?
our masters!
9. How would you like the Sound of your band to evolve ?
expectations are the enemy of music, but I know we will continue to hone our counterpropaganda. we always want more resources, more studio time, more freedom to focus on writing and recording, and more distribution, so we can continue to politicize music and life in a public format.
10. What would you say is your biggest obsession ?
we love to work and will never stop. get on board whenever you’re ready!

 

Dans le nouveau numéro d’Obsession, qui sort cette semaine en kiosque avec le Nouvel Obs, il y a un texte inédit que Jay McInerney a spécialement écrit pour nous à propos d’Obama. Les premières lignes :

« Le roman sur lequel je travaille depuis neuf mois commence le soir de l’élection présidentielle 2004 et se termine durant la nuit de l’élection 2008. Depuis trente ans que je vis à New York, je n’avais jamais vu de manifestation de joie aussi massive que celle qui a éclaté spontanément dans les rues la nuit où Obama a été élu président. Quatre heures après l’annonce de sa victoire, les avenues résonnaient encore de cris de joie et regorgeaient de fêtards. Ils furent des milliers à se rassembler dans Harlem, au croisement de Adam Clayton Boulevard et de la 125e rue ; des milliers encore se précipitèrent à Times Square pour suivre les résultats sur un écran haut de quatre étages, par un soir particulièrement doux pour la saison.

Ici, à Greenwich Village, les étudiants de l’Université de New York, NYU, continuèrent à faire la fête jusqu’en milieu de matinée. Bien après que j’aie éteint la lumière, à deux heures et demie du matin, j’entendais encore les hurlements de joie, les hourras et les pétards lancés sous mes fenêtres, treize étages plus bas. Après huit longues années de ténèbres, nous avions l’impression que l’Histoire était de nouveau de notre côté, que l’Amérique était de notre côté. Quand je dis « nous », je veux dire les New-Yorkais, dont la majorité est démocrate, mais je parle aussi au nom de tous les Américains qui ont voté pour Obama ce jour-là, car sans ces millions d’électeurs du Sud et du Midwest, Manhattan n’aurait pu se réjouir.

Cette année, même si Obama l’emporte – comme cela semble de plus en plus probable, étant donné le cynisme et l’incompétence remarquable de la campagne de Mitt Romney –, je doute fort que nous assisterons à semblable spectacle de jubilation dans les rues. »

Dans le même numéro, il y a Valérie Lemercier par Philippe Azoury, un portrait de Melody’s Echo Chamber, un entretien avec Jean Touitou, une enquête en Chine…

%d blogueurs aiment cette page :