Darling Dears, un air de dimanche matin

Tout se passe entre le chant et la batterie, la tristesse joyeuse et le débordement doux. Ou quelque chose du genre. Ce morceau, 1972, ouvre la compilation Loving On The Flipside, sortie sur Now Again, consacrée aux faces B souvent négligées de quelques singles de soul mythiques.

1 commentaire
  1. jacques d. a dit:

    Parfait, en effet… comme souvent (parfois plutôt, soyons raisonnables) le sont les B-sides ; jolie fin avec riff de guitare appuyé collant aux basques de cette batterie entêtée. Vraiment parfait.

%d blogueurs aiment cette page :