Tsugi, 5 ans plus tard

Alors que je n’ai écrit qu’une poignée de papiers pour Tsugi, l’un d’eux est celui dont on me parle le plus – alors que j’en fait des centaines pour Les Inrocks, Magic, Octopus, etc. Il s’agit du papier sur Burial, qui avait fait la couve d’un des premiers numéros de Tsugi (le 2, le 3 ? Je ne l’ai même pas ! Si vous en avez un de trop, envoyez-le moi…). J’avais écrit ce papier pour ce magazine tout nouveau, qui me laissait de la place : aux Inrocks, j’avais pu chroniquer Untrue de Burial, mais Tsugi en voulait plus. Je me souviens qu’à l’époque, en 2007, on ne donnait pas cher de la peau de ce nouveau magazine né sur les cendres d’une version abandonnée de Trax et où un copain de Libé était venu s’installer. En 2012, Tsugi est bien encore là, faisant le pendant exact à un autre magazine tout aussi spécialisé, New Noise : à eux deux, ils couvrent des pôles quasi antinomiques et au centre desquels se trouve encore Magic, pour la pop. Trois journaux spécialisés, qui survivent dans un monde musical dévasté, ce n’est, après tout, pas si mal que ça, non ? Et je ne parle même pas de jazz ou des hebdos… Happy birthday, boys.

10 commentaires
  1. globe sale a dit:

    Le monde de la musique n’est pas si dévasté que çà puisque qu’on va pouvoir encore se cogner justice et busy p au trabendo sponsorisé par heineken et sfr. Tu fais parfois preuve d’une malhonnêteté intellectuelle et critique assez stupéfiante. Les seuls, les vrais fossoyeurs, ce sont ces mecs.

    • joseph a dit:

      Cool ! Globe sale est de retour… ça faisait longtemps… Xenakis va bien ? Et Karkowski ? Et les oreilles ? Sales comme le globe ? Au fait, ma malhonnêteté t’embrasse, elle s’entend bien avec la tienne, sa maîtresse. Rappelle-moi ton nom, déjà ? La bise…

      • globe sale a dit:

        C’est dingue qu’il y ait encore des gens qui pensent qu’on ne peut pas écouter à la fois Merzbow et Alizée, Xenakis et Fleetwood Mac, sans hiérarchies de valeurs, en 2012.

        Ah, Joseph, si seulement en France on pouvait avoir l’équivalent d’un truc comme FACT magazine, capable de passer du mainstream au black metal, de Drake à Prurient, sans prendre leurs lecteurs pour des demeurrés ou suiveurs de tendances…

        C’est clair que je vais pas me réjouir qu’on ait des merdes comme tsugi, trax ou magic, ils peuvent crever.

        • globe sale a dit:

          et puis, merde, fais un peu attention à ce que tu écris, des fois !

          bisou

        • globe sale a dit:

          Le problème en France, c’est qu’il s’agit d’une culture de salons, bien petite-bourgoise et parisienne : il faut passer son temps à dire du bien des copains, de machin ou de truc qui organise telle ou telle soirée sinon après tu n’as plus d’invites. Voilà la réalité.

        • joseph a dit:

          C’est marrant, j’ai l’impression que tu te contredis, non ? J’écris juste que je trouve ça bien que des journaux comme Tsugi, Noise ou Magic puissent exister, qu’ils aient leur lectorat, chacun. Et je suis certain de trouver dans chacun des choses qui me plaisent. C’est l’addition (théorique) des trois qui me plait – même si mes lectures sont, désormais, ailleurs et que je trouve que ces 3 magazines mériteraient sans doute d’être parfois mieux écrits ou mis en page. Evidemment, FACT serait génial en France. Cela dit, il est sur le Net déjà… Et, je te rassure, je n’ai pas besoin de faire ça pour avoir des places à des soirées où je ne vais d’ailleurs quasiment jamais.

  2. globe sale a dit:

    genre tsugi, le magazine défricheur qui survit dans un monde musical dévasté, mais putain LOL !

  3. RZB-DRK a dit:

    Ah c’est sûr que Tsugi, c’est pas As Loud As Possible !
    Et d’ailleurs, il sort quand le deuxième numéro ?
    Un set Vomir Vs. Justice auarait pu être drôle .. tout le monde la tête dans le sac ..

  4. hh a dit:

  5. Raphaël a dit:

    « Ce n’est pas si mal? » demandez-vous!

    Vous reconnaissez au détour de l’un de vos échanges que ces magazines, au moins pour « Magic! » et surtout « Tsugi », « mériteraient sans doute d’être parfois mieux écrits ».

    C’est tout simplement illisible, navrant et d’un ennui insondable, voulez-vous dire!?

    Il faut constater que Tsugi est au mieux un énorme « publi-prommotionnel », « Magic! » guère mieux.

    Et cela ne vaut pas de s’appesantir plus (je me prends même à penser que commenter votre post et une belle perte de temps… en toute modestie). Rien de scandaleux dans cela, certes. C’est malheureusement très banal dans le panorama de la presse française, musicale ou non.

    Ici, d’ailleurs, il ne s’agit moins de presse et de musique… que de l’application de « business plans » au service de ces « pseudo-créateurs » et de quelques investisseurs (des apprenties « Hersant », « Lagardère » ou « Pigasse »). Cela, malheureusement, avec un mépris sans limites pour l’humain (lecteurs ou contributeurs).

    Et puisque, vous l’évoquez (« Et je ne parle même pas […] des hebdos »): quelle est votre analyse sur cette presse? Que pensez-vous des Inrockuptibles par exemple? Et des suppléments Next, Styles et Obsession? De la « presse » internet?

    Loin de tout esprit polémique, je suis certain que votre expérience, votre parcours et votre honnêteté intellectuelle peuvent nous apporter une lecture digne d’intérêt!

    Cordialement.

%d blogueurs aiment cette page :