Dome Drone

3 commentaires
  1. RZB-DRK a dit:

    C’est marrant,
    il y a quelques années en arrière (un bail quand même),
    peu d’amateurs du Steve Hillage de la période Gong / « canterburienne » s’aventuraient au-delà de « Fish Rising »,
    c’est-à-dire du premier album.
    Un disque en général jugé fort moyen,
    et plutôt apprécié par empathie pour ceux qui s’étaient risqués à accompagner un Steve Hillage jugé quelque peu poussif,
    des musiciens qui faisaient le lien avec Henry Cow, Hatfield And The North, Egg.
    Puis « L » et la suite sont arrivés,
    laissant généralement de marbre les amateurs de l’école dite de Canterbury.
    Steve Hillage s’était alors gagné un nouveau public,
    du côté de la techno,
    et des fêtes à Ibiza,
    ou de ce que j’en imagine.
    Et puis ont déboulé tous ces groupes étiquetés « drone ».
    Ces fanas de synthés vintage,
    les Emeralds et compagnie,
    citant Popol Vuh, Tangerine Dream ou Ash Ra Tempel, voire Ash Ra tout court,
    parmi leurs influences.
    C’est amusant,
    parce qu’à l’époque,
    jamais l’on se serait risqué à écouter Popol Vuh, Tangerine Dream ou Ash Ra Tempel passé une certaine date butoir dans leur discographie.
    Leur musique paraissait,
    franchi un certain stade,
    une certaine évolution,
    édulcorée.
    Mais les temps changent.
    Des disques Popol Vuh, Tangerine Dream voire Ash Ra,
    tardifs,
    tiennent finalement la route à la réécoute,
    et se dégustent avec un plaisir non dissimulé.
    Alors quoi ?
    Eh bien, à quand le revival prog par exemple ?
    A quand la réhabilitation du Pierre Moerlen’s Gong ?
    (Dans le dernier cas, je rigole.)
    (Et concernant le prog, il y a des choses à redécouvrir, et dont il n’est plus question depuis belle lurette — si, si.)
    Oncle Paul.

  2. RZB-DRK a dit:

%d blogueurs aiment cette page :