archive

Archives Mensuelles: février 2012

20120226-074424.jpg

Certains de ses précédents livres (Pachyderme, Château de Sable) décevaient par leurs manières trop empressées, trop elliptiques, alors même qu’ils contenaient de belles idées – leur lecture faisait penser à un épisode de la Quatrième Dimension, agréable mais suranné. Aama promet d’autres choses et le premier volume, déjà sorti de ce qui semble être une longue saga, se lit avec un plaisir insoupçonné. On y retrouve ce qui habitait la précédente série de SF de l’auteur, Lupus : une approche métaphysique, se déroulant via la lecture du journal intime d’un garçon ayant tout perdu et embarqué dans un voyage cosmique dont il est un drôle d’observateur, passif et agissant à la fois. Une sorte de maillon faible, qui fait que l’histoire est tout à la fois humaine et touchante. Surtout, Peeters parvient à construire un vrai suspense narratif, notamment grâce à une lenteur d’exécution qui évoque la façon de faire de certains mangés – on pense ici beaucoup à La récente série Pluto et son mélange d’intrigues et de paranoïa. Peeters dresse aussi une belle galerie de petits personnages dont un robot singe, qui mêle en lui plusieurs figures du genre. Ce qui convainct le moins, par contre, ce sont les visages des personnages principaux : trop humains ou trop réalistes, ils ne suscitent guère l’adhésion tout en rappelant les figures de personnes réelles. Erreur de casting ? En attendant de le comprendre mieux, on peut suivre le blog que Frederik Peters consacre à la confection de sa série.

%d blogueurs aiment cette page :