Une sélection de films japonais par Miyako Slocombe


Si vous lisez les livres édités par le Lézard Noir, vous avez, alors, sûrement lu Miyako Slocombe. Ou plutôt des livres venus du Japon et traduits par elle. Récemment, je suis tombé sur sa page Facebook, où elle vantait les mérites d’un festival de cinéma japonais. Je lui ai demandé, à tout hasard, de faire une liste pour ce blog de films diffusés dans ce festival pour lequel elle oeuvre, et qu’il ne faudrait pas rater. Le festival a déjà commencé, mais les films, et sa liste, demeurent.

La sélection de Miyako Slocombe :

Films de Kenji Misumi

Zatôichi : voyage meurtrier La suite des aventures du justicier Zatôichi, masseur aveugle et bretteur hors pair, dans l’épisode le plus culte de la série, et qui va vous faire adorer l’acteur ultra-populaire Katsu Shintarô.

Le Sabre Dans une université du Japon des années 1960. Magnifique adaptation d’un roman de Mishima Yukio, dépeignant le conflit entre la spiritualité ancienne du kendô et le matérialisme du monde moderne qui l’a vidé de sa substance. Un grand film et un chef-d’œuvre du point de vue visuel.

Baby Cart, l’enfant massacre L’épisode le plus apprécié de la série culte mettant en scène le tueur à gages Ogami Ittô, surnommé « le Loup à l’enfant ». Célèbre pour son combat final contre les sanguinaires frères Ben, Ten et Rai, le « trio infernal ».

Mais aussi : La Légende de Zatôichi, le masseur aveugle, 1er épisode de la série et véritable réussite / La Lame diabolique, coup de cœur de la programmation cinéma de la MCJP et avec l’acteur culte Ichikawa Raizô / Le Sabre hors-la-loi*, parce qu’il faut avoir vu au moins un épisode de la série des Nemuri Kyôshirô (film en entrée libre).

Films de Tai Katô

Liens de sang Histoire d’un yakuza à la recherche de sa mère qui l’a abandonné à sa naissance. S’il n’y en avait qu’un seul à voir… Un chef-d’œuvre du jidaigeki (film historique), avec au casting Nakamura Kinnosuke, autre star du cinéma japonais.

Délit de faciès* Film noir sur les aspects obscurs de l’histoire de l’immédiat après-guerre au Japon porté par Andô Noboru, acteur culte de films de yakuza (et lui-même ex-yakuza). Avec aussi le célèbre acteur-réalisateur-essayiste Itami Jûzô, encore tout jeune. Film en entrée libre

Requiem pour un massacre* Une histoire de vengeance dans ce film noir, violent, à la musique envoûtante. Avec la très jolie Baishô Chieko, connue notamment pour avoir joué la petite sœur de Tora-san. Film en entrée libre.

Mais aussi : Chroniques guerrières du clan Sanada, un ovni mêlant comédie musicale, combats de ninjas et SF / Contes cruels au pays du soleil couchant, sur les dessous du clan Shinsengumi, légendaire force de police créée au XIXe siècle.

Infos pratiques :

Du mardi 17 janvier au samedi 18 février
Les maîtres de l’âge d’or du cinéma de genre japonais
1er volet : Kenji Misumi et Tai Katô

量産の中から芽生える作家性 – 日本映画黄金時代の名匠たち シリーズ1 三隅研次監督と加藤泰監督

Maison de la culture du Japon à Paris
101bis, quai Branly
75015 Paris
Tarif : 4€/ Réduit 3€ / * Séances en entrée libre (dans la limite des places disponibles)

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :