Je suis dans le Nord d’Ike Yard


L’accumulation des disques empêche souvent, de plus en plus, d’avoir une oreille attentive à tout, tout le temps. Parfois, certains disques échappent à l’attention, pour réapparaitre un peu plus tard, sans qu’on les attende. Coincé entre deux disques, l’album Nord d’Ike Yard, sorti par Desire, s’est d’un coup rappelé à moi et m’a, quasiment, obligé à le glisser sur ma platine. Et là, matin brumeux, la musique du groupe s’est faite lumineuse, distinctement claire, même si charriant en elle des strates de bruits et de mélodies doucement entremêlées. Il y a quelque chose de presque ambient dans cet album, qui joue sur les textures, les rythmes subtils, les voix en harmonie cachée, les répétitions méthodiques de phrases musicales charmeuses. Alors que rien ne le prévoyait, Nord s’est révélé un très grand disque pour la Toussaint : il faut laisser du temps aux oreilles, souvent.

Publicités
1 commentaire
%d blogueurs aiment cette page :