Ce morceau fait-il pleurer quelqu’un d’autre que moi ?

Publicités
6 commentaires
  1. Les centaines de disques que j’ai écouté depuis près de 30 ans, les centaines de disques que j’ai vais écouter d’ici 30 ans (soyons positif) ne me feront jamais oublier mes premières écoutes de the Cure et de 17 seconds en particulier. J’ai appris à respirer avec ces notes de guitares et cette voix écorchée. Souvent je pleure aussi en écoutant ces chansons, sans doute parce qu’elles sont simplement bouleversantes sans doute aussi parce qu’elles me disent que près de 30 ans se sont écoulés. Surtout parce que cette musique fait partie de moi. Au milieu de mon coeur.

    • matthias a dit:

      oui, les seuls à avoir fait aussi bien, en sortant simplement des grilles du blues, en composant des lignes de basse valant comme des méolodies, les cocteau twins. je viens de regarder leurs vidéos de concert, c’est superbe. l’apport, c’est qu’ils sont en dehors de toute hystérie, « see no evil », sorte de victoire définitive du cristal. c’est marrant la temporalité de la musique, quand on voit que des mecs comme glass candy, italians do it better, viennent après ces types, mais sont en retard pour l' »éthernité »; quel calme (salut aux spécialistes et connoisseurs !).

  2. flowerpower a dit:

    matthias tu racontes vraiment n’importe quoi…

  3. Les mélodies de The Cure ajouté à la voix d’écorché vif de Robert Smith sont d’une somptueuse beauté malade, un magnifique désespoir…..Effet lacrymal assuré !!!

    • matthias a dit:

      M. Flowerpower, je te réponds, lis-toi un livre de Leo Marx.

  4. martinot a dit:

%d blogueurs aiment cette page :