J’écoute Space Probe de Sun Ra

Publicités
10 commentaires
  1. GiBi a dit:

    Par quel (s) disque commencer une découverte de Sun Ra ?

    Bravo pour votre blog

  2. joseph a dit:

    C’est tellement vaste Sun Ra – Je recommande d’en écouter plusieurs pour démarrer : la période NYC début 60’s (Cosmic Tones, Secrets of The Sun,…) et la période late 70’s (Sleeping Beauty, Lanquidity, le fabuleux DISCO 3000, Cosmos). Il y a aussi un disque en petit groupe, très beau : Night Of The Purple Moon. Sans oublier un disque de la fin des années 50, Nubians of Plutonia, excellent.

  3. jlle a dit:

    en petit comité il y a le quartette « horo » (c’est le nom du label italien ayant édité plusieurs doubles lp de sun ra) qui est franchement pas mal : il propose un autre visage du fidèle saxophoniste john gilmore.
    j’aime bien (très à part certes) le duo sun ra au piano avec le vibraphoniste (trop mésestimé) walt dickerson.
    Lanquidity et Disco 3000 sont parmi mes préférés. Il y a de très beau live aussi. pour les mordus, avec un son certes pourri, transparency s’est lancé dans un travail d’exhumation d’archives parfois étonnantes (le son pourri est presque noise en certains endroits, donnant un cachet involontaire à la borbetomagus).

    • joseph a dit:

      Oui, parmi les 3 Horo, les 2 en quartet sont formidables et recèlent une version fabuleuse de My Favorite Things et un bel hymne chanté, When There Is No Sun, qui reste parmi mes morceaux préférés de Sunny.

      • joseph a dit:

        Les horo datent d’ailleurs de la même époque que Disco 3000, lui aussi enregistré en Italie et en petite formation, avec un synthé rital que Sun Ra venait de s’acheter : le Crumar Mainman…

  4. jlle a dit:

    aldo sinesio a produit quelques grands disques. j’ai la chance d’en avoir la plupart en vinyle. seul défaut : les pressages au rabais. quelques-uns, très peu en fait, ont été réédités, de manière pirate, dont un des quartettes de sun ra avec gilmore & ray.

  5. jlle a dit:

    rien à voir avec sun ra mais plutôt avec les drones ou avec ces choses que j’aperçois ici comme giancarlo toniutti / maurizio bianchi : en ce moment sur la platine « the fall of nature » de sutcliffe jügend, labels ground fault / hospital, je suis sûre que tu connais – superbe !

    • joseph a dit:

      ah non, je ne le connais pas ! Je vais essayer de trouver ça. Merci pour l’info.

  6. GiBi a dit:

    mille mercis 😉

  7. jlle a dit:

    joseph, juste une bricole à propos du sutcliffe jügend, un seul morceau d’à peu près 55 minutes, carillonnant et entêtant jusque vers la 35ième, hypnotique et grisant pour tout dire et comme peut l’être du rhys chatham, eh bien ce morceau se termine dans un déluge de stridences franchement abrasives surprenant et inattendu.

%d blogueurs aiment cette page :