archive

Archives Mensuelles: décembre 2010

http://blackzonemythchant.bandcamp.com/

Publicités

En 2010, j’ai participé (de loin) à une nouvelle revue nommé Collection : on m’y avait invité à avoir un entretien avec Charles Burns. Vous pouvez lire cette discussion autour des publications les moins connues de Burns dans le premier numéro, sorti en mai dernier.Mais n’achetez pas cette revue uniquement pour cela : achetez Collection pour tout ce qu’elle contient de vraiment merveilleux, car elle traite du dessin comme personne d’autre. Ici, pas de hiérarchie entre les auteurs, mais plutôt une volonté de mettre ensemble des gens dont les travaux semblent se faire écho, soient-ils issus de la BD, de l’art plastique, des zines, etc. Sammy Stein, lui-même dessinateur, est une des personnes derrière la revue et il m’a envoyé une liste faite par lui et tous ceux qui travaillent en ce moment sur le numéro deux de Collection (et quelque chose me dit qu’on devrait y lire un entretien avec un autre grand dessinateur américain…). Leur liste était accompagnée par ces mots : « Durant cette année 2010, nous avons organisé des expositions au kiosque/images avec une trentaine de dessinateurs. Impossible de tous les citer, mais la liste est ici : http://www.collectionrevue.com/category/expositions/ Une des plus marquantes fut l’exposition consacrée à l’Atelier de la Passerelle. « L’atelier de la Passerelle est un atelier d’arts plastiques installé à Cherbourg dans la Manche et qui, depuis environ 20 ans accueille chaque semaine, des adultes déficients mentaux de tous les âges. » Quelques photos ici : http://lapasserelle-acais.blogspot.com/2010/12/kiosque-image.html » Voici leur liste :

Livres/bandes dessinées :
L’Onion vivant – Gerard Herman
Nouveaux Corps – Yûichi Yokoyama  – Matière
La grosse graine – Arthur Geisert – Autrement
Bruit de fond – JSBJ
Tell Mum Everything Is Ok #2 – éditions FP&CF
Maïa Roger – Course-poursuite dans le fromage – En Marge
Panorama du feu – Jochen Gerner – L’Association
Anna et froga #4 : Top niveau – Anouk Ricard – Sarbacane
les zines de Gregol et Poluar
The sunday books – mervyn peake et michael moorcock – denoel graphic
Walk on the lake – josé Maria Gonzalez – Solo ma non troppo
Car Parks – James Jarvis – Nieves
Coney Island Baby – Nine Antico – l’Association
Girls don’t cry- Nine Antico – Glenat
Carnella and the flash bunny’s – kikifruit -FLTMSTPC
Frui – Icinori
Feux de Forêt – Romina Pelagatti – papier gâché
Les hommes loups – Dominique Goblet – Fremok
Chronographie – Dominique Goblet & Nikita Fossoul – l’Association
L’album factice – Guillaume Dégé  – édition des Musées de Strasbourg
L’ile panorama – Maruo Suehiro
Benoît Preteseille – l’art et le sang – Cornelius
Brecht Evens –  Les noceurs – Acte Sud
L – Benoît Jacques – L’Association
La Vie de chaton – Christian Aubrun – Albin Michel

Expositions :
Eric Yahnker – nervous surf – Jeanroch dard
Ensor – Musée d’Orsay
Art brut japonais – halle St Pierre
Crimes et châtiments – Musée d’Orsay

J’aime les bandes dessinées de Pierre Maurel et cette année, j’ai adoré lire son fanzine Blackbird, qui édite par petites touches les chapitres d’un ambitieux roman graphique sous inspiration de Philip K. Dick (je crois). Un nouveau numéro vient de sortir et il devrait y en avoir un autre d’ici un mois, pour Angoulême. Par mail, il m’a envoyé une liste reprenant son année et ce texte : « tout ça peut ne pas sembler de première fraîcheur (des séries commencées en 2009 par exemple), mais il s’agit bien de choses que j’ai découvertes en 2010… cette année n’a pas été très prolifique pour moi, je veux dire, pour ma curiosité culturelle… elle l’a été sur d’autres plans. mais du coup je n’ai pas été très « sur le coup »… je me suis assez désintéréssé de l’actu… donc ça doit se ressentir dans ma liste… pas très à la pointe. » Sa liste :

« dungeon quest » de joe daly
« pluto » de urasawa
« monsters » de ken dahl
« pierre feuille ciseaux » le meilleur événement autour de la bande dessinnée. point barre.
« les heures électriques » le dernier yeepee
« extras« même si c’est vieux…
« the IT crowd » saison 4… 

« l’âge dur » de max de radiguès, si vous avez été ado, vous comprendrez…
revoir « le passe montagne », même si ça ne fait plus le même effet…

et… petit plaisir honteux: « high violet » de the national.

et les journées grillades à constans, les cafés du matin chez félix… entre autres…

Le plus beau dans une année, c’est ce qu’on en oublie et qui revient plus tard. Là, c’est revenu presque tout de suite : le livre de Lestrade était bien, au fond, un des plus importants de l’année parce qu’il venait rappeler à quel point cela peut être important d’écrire sur la musique et d’avoir un point de vue sur les choses, surtout à un moment où tout semble si indolore, inoffensif. Alors, si vous ne l’avez pas déjà lu, n’hésitez pas à passer les dernières heures de l’année en compagnie de ce petit livre de chroniques d’époque, toujours très fortes, qui donnent envie d’aller piocher dans les réserves de l’internet pour y trouver tout ce dont parle Lestrade, et qui était déjà si important à l’époque. Et puis, peut-être comme moi, après avoir lu son introduction au livre, vous aurez envie de savoir ce qu’il pourrait bien écrire aujourd’hui sur la BO de Tron faite par Daft Punk. Ensuite, il y a eu le même jour le rappel du double maxi de T++ : surgissement plutôt que rappel, puisque j’avais omis d’écouter ce disque, qu’il a fini par apparaitre dans un bac de disquaire l’autre jour et que je l’ai pris sans même me poser la question. D’abord, la pochette est belle, les ronds centraux sont sublimes, tout est parfait. Et puis, la musique : bien au-delà de toutes les espérances, on y entend quatre tourneries basses, usant de samples africains méconnaissables (ou presque) pour recréer ce même effet délétère et groggy qui surgissait en bout de course après avoir écouté un disque de Basic Channel. Le même sentiment de torpeur, d’être danseur au bout d’un précipice de sommeil, en apnée. C’est aussi beau que ça, qui ne se partage qu’en l’écrivant et j’aimerais bien là encore lire Lestrade à ce propos.

 

 

Le dessin ci-dessus est une couverture, signée Atak, qui cache 320 pages (pour 20 euros !) de dessins fulgurants, rythmés d’une main de fou délicat : celles qui forment le nouveau collectif Tendon Revolver à Gachette Jugulaire, baptisé Viande de Chevet édité par Blanquet. S’y succèdent des dessins troublants de Pascal Doury, Anne Van Der Linden, BlexBolex (sublime, plus encore que d’habitude), Frédéric Fleury, Bruno Richard, Isabelle Boinot et plusieurs autres. Le livre est impeccable, très sexué, très séducteur aussi, jouant sur des thématiques liées au cul, au couple, aux introductions (les uns dans les autres, les uns chez les autres, les univers entremêlés). Ce n’est ni propre ni sale, ni beau ni laid : c’est impeccable de force et de suggestion quasi hypnotique. Et lorsqu’on les regarde avec attention, ces 320 pages en dévoilent une petite poignée, en leur coeur, signées par l’immense Savage Pencil, que l’on est content de retrouver ici dans un exercice encore plus brut que d’habitude. Immense, parfait pour sauter vers une année nouvelle tout en pensant à cette phrase croisée dans Bande à Part (happy birthday JLG) : « pour être heureux, soignez vos yeux ».




Depuis les débuts de ce blog, je suis les travaux, dessins, photos, fanzines, petits livres de José Maria Gonzalez. Son travail me touche tout en étant étonnant de simplicité, de discrétion presque : pas de grandiloquence, d’effets démonstratifs ou de fourberies chez lui. Tout semble sortir droit de la main, mais tout en étant toujours bien organisé. Pour finir 2010, je lui ai demandé une contribution : ce à quoi il a répondu par cette série de photos prises en Inde en janvier 2010. Un voyage qui, dit-il, a accompagné son année et dont il livre les images sans commentaire.

%d blogueurs aiment cette page :