Je vous aime, aimez-moi aussi

Vendredi dernier, le petit festival autour de Demons, Wolf Eyes et quelques autres, qui se tenait à Paris, a été l’occasion de découvrir un joli duo formé par Joseph Hammer et Bill Kouligas. Ce dernier est aussi un artiste, il produit des disques sous le nom de Family Battle Snake et possède un label encore modeste, mais à la réputation grandissante, ne serait-ce que grâce à ses pochettes, sublimes et élaborées avec soin. Ensemble, Hammer et Kouligas ont joué une musique faite de réverbérations, de drones électroniques, de bruits analogiques et de voix s’immiscant dans le mix, se déroulant à la manière d’une rêve bloqué entre deux neurones ensommeillés. Leur musique était touchante, notamment lorsque Hammer, le plus âgé des deux, qui manipulait à la fois un ordinateur et une machine à bande, donnait l’impression  d’injecter des chants lointains enregistrés sur une radio en retrait de toute vie solide. Légèrement affecté par cette écoute, j’en ai profité pour acheter un vinyle de Joseph Hammer, sorti sur le label de Kouligas, au doux nom de I Love You Please Love Me Too. On y entend deux morceaux par face, constitués de collages de boucles : bruits, voix, drones entremêlés forment des paysages sonores pénétrants, à la manière d’une séance d’hypnose mêlée de spiritisme. On reconnait la voix de Nat King Cole, répétée inlassablement, sur un motif de piano sans lumière. Au bout du disque, on est pris par une étrange mélancolie ivre, celle d’avoir été au milieu d’un bel événement dont on regrette déjà de n’avoir pas tout saisi. Joseph Hammer, inconnu ici jusqu’à ce disque, n’est pas un bleu : il fait partie de cette communauté de musiciens et de groupes, la Los Angeles Free Music Society, qui sort des disques incroyables depuis les années 70 et que l’on redécouvre progressivement, notamment en France. Son disque, après son concert en duo, va droit au coeur. C’est rare, et beau.

Publicités
5 commentaires
  1. ludovic a dit:

    le festival « the lowest form of music » organise a londres le mois dernier rendait hommage aux groupes de LAFMS… avec la participation d’autres groupes beaucoup plus jeunes mais le lien de paternite/ influence etait vraiment evident.
    Le concert d’incapacitants a ete pour moi le point le plus fort du festival: un POGO pendant un concert de noise, j’avais jamais vu ca!
    Le concert d’Airway avec Charles hayward fut vraiment tres tres intense aussi.

  2. johan a dit:

    Cela fait plusieurs semaines que j’hésite à acheter le disque de Keith Whitman Fullerton sorti sur Pan-act. En parcourant les autres sorties du label, la pochette ci-dessus m’avait tappé dans l’oeil.

  3. ludo a dit:

    johan = pour le kfw, tu peux y aller tranquille. il est à mon humble avis essentiel. sa cassette récemment sortie sur agent of chaos itou.
    pan-act est sans doute un des plus beaux labels du moment (artwork compris) mais assez onéreux c’est vrai quand on ne peut passer que par un mailorder…

    • johan a dit:

      La commande est passée. Merci pour l’aide à la prise de décision. C’est la cassette qui me fait de l’oeil maintenant.

      • ludo a dit:

        te voilà bien avancé ! si tu t’intéresses à la cassette, ne traîne pas : y’a un réel engouement autour des productions agents of chaos qui partent comme des petits pains. essaie discriminate et tomentosa par exemple.
        (désolé pour ce post qu’on dirait tout droit sorti de la bouche d’un vendeur Darty)

%d blogueurs aiment cette page :