J’ai deux nouveaux (très beaux) livres de Jose Maria Gonzalez

Publicités
5 commentaires
  1. Joseph, peux-tu me (nous) donner la ou les maisons d’éditions de ces deux livres s.v.p ?? Merci

    Autre chose. Je suis en pleine lecture de « Jimmy Corrigan » que je possède enfin (superbe cadeau d’anniversaire de ma soeur). Et je suis retombé sur ta critique de l’album in le hors série des inrocks « 100 BD indispensables ».
    Et j’ai vraiment ressenti ce que tu écris au début. Je te cites :

    « En plongeant dans l’univers de C.Ware, on est vite pris à la gorge par 1 étrange sentiment de débordement : l’impression de ne pas arriver à pleinement suivre tout ce qui se déroule sur 1 même planche, à forpriori sur l’ensemble du livre…. »
    Je te l’ai déjà dis : tu arrives comme aucun autre critique ou journaliste de ma connaissance a explicité une B.D. Tu décris si justement les sensations ressenties à la lecture !

    Malgré que je l’ai depuis 3 mois, je ne sais par où commencer. Le début de l’histoire (logique me diriez vous) ? la couv’ dépliable ? L’intérieur de couv’ ? Mais où tellement il y en a de partout ? A l’endroit ? A l’envers ?
    Sensation étrange d’être perdu au coeur de l’univers d’un auteur. Tellement rare que celà tient du génie !

    Je trouve que cet album, au delà de l’histoire qui m’a l’air excellente (un chef d’oeuvre ???), va beaucoup plus loin. C’est comme si C.Ware, avec son « Jimmy Corigan », tentait de redéfinir la notion de format B.D. Même plus : c’est le sujet artistique « bande dessinée » tout entier, le 9ème Art qu’il tente de Redéfinir ! Je dis celà malgré que je l’ai à peine entamé mais on sent immédiatement ces notions là, non ?

    Ce trop plein, cette abscence de vide, ce soucis du détail…dessiner partout, dans tous les sens, sur et en dehors du support même, à l’intérieur et à l’extérieur, c’est fascinant….presque pathologique !

    Pour finir mon délire qui occupe tes pages de com’, je dirais ceci :

    Par tes écris, sur la musique (particulièrement visible avec Autechre) et sur les B.D, tu rends presque palpable l’impalpable.

    A + +

  2. Blanchard a dit:

    Où peut on acheter cet ouvrage ? merci

  3. joseph a dit:

    Sans doute ce week-end au marché de la poésie, place St Sulpice à Paris où l’auteur sera présent et dédicacera ses livres samedi à partir de 18h/18h30.

%d blogueurs aiment cette page :