Il faut lire les Chroniques du Dancefloor de Didier Lestrade

Certaines lectures, qui prennent trois phrases, pas plus, vous ordonnent de tout arrêter. Comme maintenant : alors que le vernissage de l’expo Impossible commence tout à l’heure et que je dois y aller, j’ai commencé à lire un livre arrivé par la poste pendant mon voyage aux Etats-Unis, Chroniques du Dancefloor de Dider Lestrade qui comprend les chroniques de disques publiées dans Libé entre 1988 et 1999 (une vie qui commence, pour beaucoup d’entre nous, même si je ne sais pas exactement qui nous étions). Et les dix premières pages me somment vraiment de tout arrêter pour en parler ici : la préface de Pierre-Jean Chiarelli, si enthousiaste et surtout l’avant-propos de Didier Lestrade qui remet en contexte ses écrits, évoque la boutique Dance Tracks de New York, son excitation devant la découverte de toute cette musique arrivant par gorgées flamboyantes et conclut en deux paragraphes assassins qui disent tout ce que l’on pense tout bas de l’obscénité actuelle, tout ce qu’on n’arrive pas à exprimer clairement sur la musique aujourd’hui. Lestrade trouve les mots exacts, les mots justes, les mots qui vrillent et font d’un coup chavirer. Je vous laisse lire cet avant-propos, et passer du temps sur ces deux derniers paragraphes, surtout.  Le reste du livre, tout le gros du livre, reprend les chroniques de l’époque et ce qui y est saillant, c’est, au-delà du ton et de l’écriture, que toutes ces pépites dont parle Lestrade sont encore souvent à découvrir, demeurent des pierres angulaires, des moments moites et célestes : malgré l' »obscénité » dont il parle à propos de la musique d’aujourd’hui, ces morceaux et disques d’hier, des années 90, conservent leur magie, leur aura inconnue et sans doutye plus encore par contraste – ils sont à trouver et, pour bien faire, il faudrait les dénicher en vinyle, à peine en CD, jamais en mp3. Et évidemment, comme les choses ne se font jamais seules, en cherchant sur Google, je suis tombé sur l’article que Pornochio a déjà consacré à ce livre (édité par l’Editeur Singulier) : il vous en dira plus long que moi sur ce livre de « fou sincère ».

Publicités
7 commentaires
  1. Jeff a dit:

    C’est fait !

    C’est marrant, les grands esprits se rencontrent, j’en parlais avant-hier chez moi.

    C’est dingue comme en lisant ce bouquin et en redécouvrant ces chroniques déjà dévorées à l’époque, tout un pan de ma jeunesse est remonté tout d’un coup à la surface et puis ça m’a redonné envie de ressortir tous ces vieux vinyls qui sentent encore bon le vieil acide…

    Ce livre est une perle, que dis-je, une bible !

  2. Si ça continue comme ça, ça va tourner à l’exercice littéraire pour chacun, dire avec les mots que j’espérais, ce que ce livre voulait provoquer. Merci pour avoir vu mon impression de panique devant l’étrangeté de la musique de now, mais moi aussi je n’arrête pas de me demander si c’est moi qui suis dingue ou quoi. Donc je ne suis pas le seul ah. Et merci pour Chiarelli, my soul mate à NY.
    Des bises.
    Didier

  3. merci de parler de DIDIER LESTRADE ( je passerai ma vie a célébré se mec , pour son amour le plus parfait pour la culture club , c’est a dire  » la musique  » la grande et noble musique de danse ! : Disco Underground / proto house / chicago house / deep house / garage house / balearic beats / afro house / ambient house … ) se mec est légendaire ! il est le LARRY LEVAN de la mémoire écrite de cette culture musical . je l’ai croisé une fois dans ma vie , a la RAVE française ( rennes ? ) de 1993 ou jouer , THE ORB / UR / 808 state + des dj’s aux baques de disques rempli de deep techno BLEEPS (quasi introuvable) dont j’étais fan a mort . alors tout cela date , au point que je commence a ne même plus être certain des têtes d’affiche . mais je me souvient bien , même trés , trés bien de la vision du légendaire DIDIER L , il déambulé sur la piste avec des yeux qui écoute , sa concentration naturel ma de suite fait pensé a un maitre ZEN … certains prétende avoir vu dieu , moi j’ai vu Lestrade Didier ! . c’est lui qui avait sorti en 91 ou 92 un hors serie ( peu être dans rock & folk ??? ) dans lequel il avait séléctionner un best of de la music de club , la plus culte et éssenciel … de la disco / proto house , jusqu’a la techno bleeps de  » LFO  » . et pour un petit mec comme moi qui avait la malchance de vivre isolé a bordeaux ( c’étais pourtant pas le pire , ont avaient eu droit a la chicago house dans certains clubs des 1987 . l’acid house fin 88 et même les  » rave  » ultra underground des 89 !  » oui monsieur  » 89  » a bordeaux ! ) . mais tomber sur cette bible pondu par mr Didier L , sa ma pérmit de ne plus me sentir seul au monde ! …alors oui , bien sur , je connaissais quasiment tout les putains de skuds chroniquer , mais voir cette liste de musique de danse  » underground  » offert au monde ( aux petits frenchy ) c’était l’hommage absolut ! Didier disais MERCI !!! , mais en notre non a tous !!! . il donnait a voir , une culture ! il offrait un chemin ! …la voie . alors se fut peu être une goute d’eau ? lorsque l’ont constate la régréssion culturelle / artistique de se mouvement depuis 15ans !!! ont peu même se dire que sa n’a servie a rien . mais il a quand même dit « merci » , a tout ces artistes de l’ombre qui ont rendu nos vie / nos nuit , plus belle , plus folle , plus incroyablement magic ! . et aujourd’hui , malgré la domination du diable sur la culture club et 90% de la musique qui va avec . ont peu quand même marcher la tête haute ! parceque quelqu’un comme Didier est une mémoire vivante de se qui a éxister ! . il a montré une forme de vie ,  » il la porte !  » , il nous a fait être vivant au yeux d’un monde obscure , esclave et prisonnier ! . il a dit notre bonheur de petits Raveurs / clubbers , pour qui tout semblé possible en se temps là ! . alors oui , j’ai vu DIDIER et la profondeur de sont écoute , j’ai ressenti sont amour , sa passion ! . je me suis dit se jour là  » tien , notre grand frére a tous est parmit nous se soir , alors la fête sera grande et belle  » . alors pour tous ça , merci a toi monsieur Didier Lestrad .

    Salutations (douzi28.05.70 –

    une spécial dédicace a :  » Willi Ninja  » et tellement d’autres …

  4. heureusement ils nous réste quand même pas mal de bon dj’s (vivant ) :

    Seth Troxler / titonton duvante / luke solomon …

    – j’en profite pour faire encors une petite dédicace ( si , si … j’y tien )

    spécial dédicace : Larry Levan forever …et tellement d’autres .

    Salutations (douzi28.05.70 –

  5. Et en Dj’s vivants (plus Jungle/Drum’n’Bass), Les mythiques : DJ Hype, Aphrodite, Ed Rush & Optical, Le crew Congo Natty (100 % ragga-jungle), Roni Size et son groupe Reprazent (Suv, DJ Die, et Krust) !

    Dans un genre plus bastard pop, electro rock : DJ Zebra et son disciple Dj Moule !!!!

    A + +

%d blogueurs aiment cette page :