Merci (à propos de mon livre sur La Monte Young)

« Une biographie dans un style un peu rock’n’roll, originale, simple et immédiatement instructive. Originale par son approche puisque qu’on s’étonne (avant de comprendre) pourquoi son auteur nous raconte dans les premières pages, et avec force détails, les circonstances de sa non-rencontre puis de sa rencontre (purement discographique) avec ce célèbre et pourtant méconnu pionnier de la musique minimaliste.
Une biographie simple parce que tout ou presque tout de la vie et l’œuvre du musicien semble être résumée en 136 pages. Et pourtant cette histoire est aussi longue que riche puisque la Monte Young, toujours en vie, est né en 1935 dans une cabane en rondins de l’Idaho mais qu’il jouera du jazz et de la musique classique avec quelques uns des plus grands musiciens du XXème siècle. En tant que compositeur, il s’intéressera de très près à la musique dodécaphonique, au sérialisme, au minimalisme tout en consacrant une importante partie de son travail à de nombreuses expérimentations autour de l’évolution d’un son sur la durée. Une biographie également immédiatement instructive car, sans avoir jamais écouté une de ses œuvres, on comprend très vite dans quel univers musical La Monte Young a évolué, quels ont étés les autres musiciens (souvent méconnus ou oubliés) qui se sont inscris dans cette mouvance et quel a été son apport sur les générations d’artistes pop et électroniques.
Beaucoup d’entre vous se souviennent de l’auteur : Joseph Ghosn qui sévissait régulièrement dans les colonnes des Inrocks, son approche claire (souvent partiale et sans détour) d’un compositeur aussi complexe que La Monte Young est une belle démonstration d’un savoir communicatif d’une touchante sensibilité. » (Ce texte est d’Eric Serva, il a été diffusé dans l’émission Tapage Nocturne de Bruno Letort).

Publicités
2 commentaires
  1. Stc a dit:

    Et, sans te résumer, il te définit assez bien ce texte :

    « une belle démonstration d’un savoir communicatif d’une touchante sensibilité »

  2. T. a dit:

    PS : à voir sur ubuweb un documentaire sur le Pandit Pran Nath où on le voit en Inde, accompagné d’un Terry Riley totalement énamouré, plus une interview assez courte de la Monte Young et de sa femme Marian Zazeela.

    T.

%d blogueurs aiment cette page :