archive

Archives Mensuelles: décembre 2009

Les éditions Kaugummi publient avec une belle dextérité et un joli savoir-faire quelques-uns des plus attachants livres d’artistes, de photos, de dessins. Et cette dernière année, ils en ont sorti plusieurs qui m’ont tout de suite plu, en plus d’un très beau CDR d’un nouveau groupe au nom terrible, Folle Eglise. J’ai demandé à Bartolomé, qui s’occupe de Kaugummi de faire son top des années 2000, qui suit.

Prefuse 73 « estrocaro ep » (warp)
Sonic Youth « nyc ghosts & flowers » (geffen)
Clouddead « clouddead » (mush)
Abstract Keal Agram « s/t » (monopsone)
V/A « active suspension vs clapping music » (active suspension / clapping music)
Venetian Snares « winter in the belly of a snake » (planet mu)
Animal Collective « here comes the indian » (paw tracks)
Boris « feedbacker » (diwphalanx)
Sunn 0))) « white 2 » (southern lord)
Xasthur « telepathic with the deceased » (from beyound)
Raccoo-oo-oon « is night people » (night people)
V/A « gold leaf branches » (digitalis)
Quetzacolatl « triumphant rock shards rise from the sea, awaken my giddy child heart (ruralfaune)
Robedoor « proceed the weedian » (buried valley)
Pocahaunted « a tear for every grain of sand » (buried valley)
Heavy Winged « we grow » (not not fun)
Sun Araw « the phynx » (not not fun)
Emeralds / Quintana Roo « bubble quiet complication / beheaded dynasty (arbor)
Robedoor « pagan drugs » (ketchup cavern)
Sylvester Anfang II « st » (aurora borealis)

+++ et pour ces dernières années, les disques sortis chez NOTNOTFUN / ARBOR / NO FUN / RURALFAUNE / AURORA BOREALIS / BLACKEST RAINBOW / DIGITALIS – FOXGLOVE / BURIED VALLEY / HOLY MOUNTAIN / KRANKY / NIGHT PEOPLE / ROOT STRATA / STUNNED / THREE LOBED / ABANDON SHIP / DNT / FIRST PERSON / RELEASE THE BATS / 267 LATTAJJAA / IKUISUUS / 23 PRODUCTIONS / MEUDIADEMORTE et beaucoup d’autres

Livres :
éditeurs (dans le désordre) : FLTMSTPC / NIEVES / HASSLA / SEEMS / ROLLO / FARWELL / UDA / LE DERNIER CRI / BON GOUT / PICTUREBOX / EDITIONS DU 57 / ROUGE GORGE / MODELE PUISSANCE /  NAZI KNIFE / TV BOOKS / MOREL BOOKS / SHOBOSHOBO / GOTTLUND VERLAG / SOCIETY SUCKERS / MINIATURE GARDEN / JSBJ / FREMOK / LE LEZARD NOIR / BOING BEING / NAPA / CAHIERS PURPLE / LIEUX COMMUNS  et beaucoup d’autres.
+ des livres de (dans le désordre) : YUICHI YOKOYAMA / BLEXBOLEX / CHARLES BURNS / ADRIAN TOMINE / DANIEL CLOWES / FREDERIC COCHE / CHRIS WARE / JOE MATT / TONY PAPIN /  ANNE BACHELET / DEBBIE DRECHSLER / JOHN PORCELLINO / FORT THUNDER et beaucoup d’autres.

J’ai connu Jérôme dans les années 80, à l’époque où il tenait la boutique Danceteria. Ensuite, il a ouvert le magasin Rough Trade, s’est occupé du distributeur Chronowax, a fait quelques années chez Pias et s’occupe maintenant de la rédaction en chef du site Fairtilizer. C’est peu dire qu’il a beaucoup contribué à me faire découvrir des disques et des groupes devenus essentiels pour moi au fil des années. Je lui ai demandé son top des années 2000. Il a mis les disques qui l’ont vraiment marqué, en s’abstenant d’y glisser des disques de 2009, par manque de recul. Voici sa liste :

Ryan Adams – Gold (Lost Highway)
Antony & The Johnsons – I Am A Bird Now (Secretly Canadian)
Aphex Twin & Chris Cunningham – Rubber Johnny (Warp Films)
Autechre – Confield (Warp)
Devendra Banhart – Oh Me Oh My…The Way The Day Goes By The Sun Is Setting Dogs Are Dreaming Lovesongs Of The Christmas Spirit (Young God)
Björk – Medùlla (One Little Indian)
Blut Aus Nord – The Work Which Transforms God (Appease Me)
Bright Eyes – Lifted Or The Story Is In The Soil, Keep Your Ear To The Ground (Saddle Creek)
Burial – Burial (Hyperdub)
Coil – The Ape Of Naples (Threshold)
Converge – Jane Doe (Equal Vision)
Eddy Current Suppression Ring – Primary Colors (Goner)
Einstürzende Neubauten – Silence Is Sexy (Mute)
Factory Floor – Planning Application (One Of One)
The Girls – The Girls (Dirtnap)
Ildjarn – Forest Poetry (Monstrous Star Records)
LCD Soundsystem – 45:33 (DFA)
Liars – Drum’s Not Dead (Mute)
Nachtmystium – Reign Of The Malicious (Asgard Musik)
Naked City – The Complete Recordings (Tzadik)
Pan Sonic – Katodivaihe (Blast First Petite)
Charley Patton – Screamin’ And Hollerin’ The Blues (Revenant)
San Agustin – The Expanding Sea (Table Of The Elements)
Sonic Youth – NYC Ghosts & Flowers (Geffen)
The Spits – The Spits (Dirtnap)
SunnO))) – Black One (Southern Lord)
Tool – Lateralus (Volcano)
Toxic Holocaust – Toxic Thrash Metal (Iron Fist Komando)

J’ai demandé aux deux garçons qui tiennent le magasin Bimbo Tower depuis plus de dix ans et en ont fait un des endroits les plus indispensables au monde (avec Un Regard Moderne, aussi à Paris) de me faire une liste de leurs disques préférés des années 2000. La voici :

SPECTROMETERS « dead soul music » (DECASIAN RECORDS)
OGROB « Ein Gesteiskranker als Künstler » (RONDA)
GOL « 3-cd-box » (PPT-STEMBOGEN)
CHILDREN’S HOSPITAL « Alone Together » (SACRED BONES)
GUMMY STUMPS « Up date from the nostalgiosphere » (LA STATION RADAR)
DESALVO « Mood Poisoner » (ROCK ACTION)
DAS SYNTHETISCHE MISCHGEWEBE « Le vide pour appui » (WAYSTYX)
LENA CIRCUS with HIROKO KOMIYA « Toki no Arika » (MIMIMI)
GUNSLINGERS « No More Invention » (WORLD IN SOUND)
OPERA MORT « S/T » (TANZPROCESZ)
SUBOKO « S/T » (RITTE RITTE ROSS)
SUN PLEXUS « Or ou ferraille ? À quelle profondeur ? » (RONDA)
A. H. KRAKEN « S/T » (IN THE RED)
SUBTLE TURNHIPS « bigOrneau » (DIRECT AU BAR)
RADIKAL SATAN (LES POTAGERS NATURES)
NOVY SVET « Todas las primeras cosas » (REUE UM REUE)
ONDE « Purple » (ONDE MUSIC)
HEADWAR « Son louche » (LABEL BRIQUE)
BILL ORCUTT « A new way to pay old debts » (PALILALIA RECORDS)
Erno KIRÁLY « Spectrum » (AUTOBUS)
+
LABELS :
BLOC THYRISTORS / GALERIE PACHE / DUAL PLOVER / BIMBO TOWER RECORDS / POUTRE APPARENTE / TEXTILE / CHIRONEX / NASHAZPHONE / ULTRA ECZEMA / KINK GONG / SUBLIME FREQUENCIES / FINDERS KEEPERS / TRUNK / FRACTAL / SONORIS / ART KILL ART / LES DISQUES EN ROTIN REUNIS / FERNS / TAALEM / SERGENT MASSACRE / BRUIT DIRECT / MISSISSIPPI RECORDS / LA SCIE DOREE ……………

BANDS :
VITAMINE B12 / DJ ORDEAL / SCHLIMPFUCH GRUPPE / GHEDALIA TAZARTES / VOLT
ANDY BOLUS / EL-G / ALVARO / VOMIR / DRAGIBUS / BRAINBOMBS / REYNOLS / SATANIC PORNO CULT SHOP……………..

ZINE, GRAPHZINES, ARTIST… :
THE SOUND PROJECTOR / YETI / BLIXOBAL / NAZI KNIFE / LA COMISSURE / LE DERNIER CRI / BANANAFISH / JULIEN CAREYN / HENDRICK HEGRAY / DAISUKE ICHIBA / STUMEAD / GREGORY JACOBSEN / MIMIYO TOMOZAWA / PIERRE LAPOLICE / MOULINEX / QUENTIN FAUCOMPRE / LES FRERES GUEDIN / HANAKUMA / TAKESHI NEMOTO ………………………………………………………………………………

Pas facile de faire de la musique avec un nom pareil, qui renvoie aux antipodes du sexy et du désirable. Pourtant, il va à ravir à l’austérité des morceaux qui composent cet album tout juste sorti, mais composé et enregistré en 1994, juste avant que Neil Halstead, son instigateur premier, se mette en studio pour polir l’incroyable Pygmalion, troisième album de son premier groupe Slowdive. Pygmalion, des années plus tard, demeure un disque central, à l’épine dorsale tellement abstraite et flottante qu’on l’a longtemps cru sorti d’un corps sans organes, d’un corps en plein passage vers les spectres. On savait bien qu’en faisant ce dernier album de Slowdive, Halstead s’était mis à écouter autre chose que du shoegazing et du rock indé, qu’il s’était plongé dans la techno et la jungle. Zurich est un peu le chainon manquant, le galop d’essai vers Pygmalion, un document sonore de l’évolution d’Halstead vers l’abstraction et la musique atmosphérique : on y entend cinq morceaux, enregistrés avec Tony F Wilson (qui fera ensuite partie du groupe indus-goth Knives Ov Resistance) qui tendent vers un minimalisme décharné, osant des bribes de mélodie, des petites boucles d’accords tristes posées sur des bourdons mélancoliques. Est-ce bien là l’Angleterre des années 90 ? Impossible de s’en souvenir exactement, mais il est évident qu’il y a bien ici quelque chose de proche des plus beaux albums d’Aphex Twin, notamment le Selected Ambient Works 2, mais sans jamais sombrer non plus dans l’ambient à la Future Sound Of London ou The Orb, plus complexe et stratosphérique.  Zurich se tient dans la simplicité, le dépouillement, s’essayant parfois à une rythmique vaguement industrielle. On y entend aussi la voix de Sarah Peacock, chanteuse de Seefel. Sa présence fait bien le lien entre Halstead et Seefeel, groupe voisin, presque jumeau de Slowdive. Dans Zurich, en tout cas, on est pris par une petite musique de nuit, un moment de pesanteur que l’on pensait perdu, puisqu’à part un morceau édité à l’époque sur une compilation de Leaf Records, les bandes sont inédites. Retrouvées récemment, elles viennent d’être éditées par Important Records, sous la forme d’un vinyle à 500 exemplaires, tout blanc, tout hypnotique.

Sorti sur le label Touch, ce disque aurait pu aisément prétendre au titre de disque de l’année s’il n’avait pas été entièrement composé de morceaux vieux de quelques années déjà : il s’agit là d’une compilation de morceaux rares, peu fréquentés, sortis en édition limitée ou disséminé sur des compilations. Cinq morceaux au total, qui couvrent les années 2000 d’Oren Ambarchi en solo, montrant plusieurs facettes de son joli savoir-faire de guitariste iconoclaste, intéressé par les textures de sa guitare et le temps long qu’il peut construire à partir de ces sonorités. Plusieurs directions, donc, unies par un point commun : la capacité d’ambarchi à faire bourdonner ses instruments d’une manière tout à la fois ample, profonde, mais aussi céleste et mélodique, à la manière d’un chant d’étoiles au loin. Ici, plusieurs méthodes, parfois une voix surgissant, mènent vers cette même idée du temps qui s’allonge, décomposé par la musique, par la lenteur et les échos. Il faut écouter tout ce qu’Ambarchi a enregistré, parce qu’avec le recul, on se rend bien compte que malgré les façades aux airs similaires, il n’y a pas deux albums qui se ressemblent dans sa discographie. Se suivre sans se ressembler est sans doute ce qui le détermine le mieux. Pas besoin de chercher bien loin : notre (air) guitare-héros, c’est lui. A noter qu’Ambarchi a réédité en 2009 trois albums rares : Persona et Stacte.3 étaient sortis sous son seul nom, tandis que le très beau Afternoon Tea était un enregistrement live avec Pimmon, Peter Rehberg, Keith Rowe et Fennesz, initialement sorti sur le label défunt Mille Plateaux, mais qui, malgré les années, n’a pas pris une ride.

%d blogueurs aiment cette page :