Je découvre Topaz Rags

Publicités
16 commentaires
  1. le nouveau LP (capricorn born again) est sans conteste dans mon top 5 de l’année !

  2. paul a dit:

    et c’est comment?

  3. hh a dit:

    joli collage (1ère image) – de quel disque provient-il ?

    h

  4. GiBi a dit:

    oui, c’est comment ?

  5. hh > c’est la pochette de cielo cristalino de Hobo Cubes je crois…

  6. alexandre a dit:

    beau cul,tu as le tel de la miss??

  7. GiBi a dit:

    y’en qui se trompent d’endroit, non ?

  8. GiBi a dit:

    L’influence de la « sorcière » Louise Huebner est étonnante.

  9. hh a dit:

    non non je trouve aussi qu’elle a un très beau cul

  10. hh a dit:

    bon reçu aujourd’hui et écouté ce soir le LP de Topaz Rags( entre autres), et bien je trouve quand même ça pas bien démentiel… je suis décidement assez circonspect face à cet engouement pour le label Not Not Fun, qui excellent régulièrement en packaging mais qui propose derrière une musique que je trouve souvent bien scolaire… j’ai l’impression que n’importe quelle production des Skaters défonce la majorité de la production NNF, qui me semble souvent être un cousin plutôt gentillet et appliqué du duo… (avec un côté plus rock bien sûr)
    dommage car il ya quand même parfois de très belles choses ; mais qui me laissent finalement toujours sur ma faim. je ne sais pas, manque un grain de folie…

  11. ouais ouais, mais ca reste quand meme le seul label dont j’achète à peu pret toute les sorties ! tu as écouté le nouveau robedoor ?! (ce LP + leur 7′ sur ketchup cavern sont absolument déments)

    c’est marrant, j’aurais pas forcement comparé Spencer Clark et James Ferraro à NNF en fait…

  12. joseph a dit:

    Cette année, j’ai vraiment adoré l’album de Ducktails sur NNF, et les disques de Sun Araw ont été une belle découverte aussi, sans parler d’Explorers et Dolphins into the Future. Je n’achète pas tout NNF, mais je suis tout de même heureux que ce label existe, avec ses pochettes démentes et son bon lot de disques intéressants qui, à mes oreilles, vont dans d’autres directions que les Skaters.

  13. oui, dans la même année, en vrac et de mémoire, on a quand même

    high wolf
    ducktails
    dolphins into the futur
    robedoor
    topaz rags
    sun araw
    wet hair
    eternal tapestry
    inca ore
    vibes
    teeth mountain
    mythical beast
    racoo-oo-oon
    dreamcolor
    antique borthers

    etc,

    j’achète ce qu’ils sortent depuis quelques années mais je dois bien avouer que cette année à été assez exceptionnelle et le buzz qu’il y a autour du label me semble assez logique (et réconfortant finalement).

  14. hh a dit:

    la comparaison avec les skaters étaient p-e un peu bêbête mais c’était pour souligner le fait que, dans ce domaine de musique psyché / vaporeuse / trippante, je ne retrouve pas chez NNF cette flamme qui fait de la musique de skaters vraiment spéciale. J’ai l’impression que toute cette écurie est plus sage, appliquée, je ne sais pas… j’ai commandé 4 LPs récemment et les ai écoutés d’affilée, aucun n’était mauvais, je les ai écoutés sans déplaisir, mais sans grande passion non plus… après je ne descend pas le label en flamme non plus (d’ailleurs le LP de Dolphins Into The Future est excellent, celui de Skullflower aussi…), mais j’ai toujours été assez déçu de la plupart de ce que j’ai eu l’occasion d’entendre, à fortiori parce que je suis très régulièrement attiré par le artwork du label. c’est aussi p-e tout simplement une histoire de fibre esthétique qui ne me correspond pas spécialement…

  15. juju a dit:

    d’accord avec hh, les pochettes NNF sont souvent riches en promesses de trips psyché mais à l’écoute on se retrouve la plupart du temps avec des jams informes et surtout interchangeables qui ne décollent jamais. Je place tout de même Sun Araw largement au dessus de la mélasse, ainsi que le groupe dans lequel il officie comme guitariste et dont j’ai oublié le nom.
    Au delà de NNF c’est toute cette scène psyché-lofi-freaky-DIY-drony-noise-what-the-fuck célébrée sur altered zones et consorts qui, passé quelques têtes de gondoles intéressantes, est quand même bien chiante et surhypée. Si l’idée, l’esthétique générale et les interactions microcosmiques sont plaisantes à observer, il faut bien dire que la musique ou, disons, le flux sonique, sont la plupart du temps anecdotiques voir carrément insipides. Il faut arrêter de taxer de « nouveau petit génie halluciné du psychédélisme » le premier péquin venu qui branche sa guitare fuzz dans une pédale de delay ou qui lance une séquence d’arpeggiator sur un synthé analogique vintage.
    Bon sur ce je vais aller essayer de dégoter du Skaters, que je ne connais pas mais qui a l’air pas mal du tout d’après vos dires.

%d blogueurs aiment cette page :