J’écoute The Pains of Being Pure At Heart

On a mentionné ce groupe, j’ai acheté son album, on m’en a reparlé, je l’écoute, j’ai l’impression d’avoir 17 ans à nouveau, que je les verrai en première partie de My Bloody Valentine ou Wedding Present ou des Pastels au New Morning en 1989, l’an prochain. Je ne sais plus. Apparemment, il y a un revival du son d’il y a 20 ans. Mais c’est normal, il y a 20 ans, il y avait déjà un revival du son datant de 20 ans auparavant. Et puis, la magie aussi, c’est Youtube, de voir la vidéo, tout de suite. C’est ça qui change, surtout. Parce que sinon, je préfère, comme à l’époque, écouter les groupes qui sonnent comme celui-là, n’auront jamais un tube, ne chercheront même pas à en avoir un, mais finiront par demeurer.

Publicités
26 commentaires
  1. C’est ptet le moment pour que les Pastels soient reconnus à leur juste mérite — et puis aussi ces groupes qualifiés « twee » — j’ai toujours pensé que the Field Mice a été très important pour l’apparition de « l’electronica » — mélodies rachitiques en mineur, rythmique, etc.

    Si au moins ça pouvait changer les tenus improbables des ado de maintenant. Pour le retour de la chemise à carreaux, des doc et des cheveux gras!

  2. alexandre a dit:

    a l ecoute de ce disque il me reviens en memoire mes sejours a rough trade rue charonne en 1992 pour y deniché toute les produtions sarah records,fied mice,orchids and co…que de souvenir

  3. eyeless a dit:

    Comme Alexandre j’ai eu un pincement au coeur Sarah Records que pour ma part j’allais pas chercher à Rough Trade (j’ai toujours eu du mal avec cette boutique (la pire étant New Rose) je m’y sentais pas à ma place) mais que je commandais à Clare et Matt.
    Ca me fait ça quand j’écoute 17 seconds ou script of the bridge … On ne devrait pas avoir à vieillir …

  4. Je les commandais sur une liste de distribution bordelaise — c’était le type qui avait également le label Zoo, je crois.

    Bon, c’est pas démentiel mais ça fait plaisir de retrouver ces harmonies et ce son de guitare, après des années de funky-garage.

  5. Je vois qu’on est tous tombés dans le panneau, nous, les nouveaux vieux cons !

  6. Olivier => le retour des chemises à carreaux, ça fait déjà au moins 2 saisons qu’il a eu lieu !

  7. Ah bon?! Va vraiment falloir que je lâche mon minitel et que je sorte de chez moi.

  8. Difficile d’écouter ça quand on n’a plus 20 ans… 🙂 Sinon Another Sunny Day, quelle tuerie.

  9. Discoglose => viens pas gâcher notre plaisir, toi !

  10. rocard a dit:

    ça ressemble bcp à Ecstasy & Wine la période pre Creation de MBV. Mais ça reste frais, un peu moins tout de même que Crystal Stilts, où il y a un vrai beau truc je trouve, à la Mary Chain. La vidéo est aussi dans les tons, une sorte de Super 8 qu’on retrouve dans les vidéos du début des années 90 de Creation (cf les deux vhs Creation video). Pour les amoureux de Sarah, un très belle album est paru l’année dernière : les Occasional Keepers, des gens qui étaient dans les groupes Sarah. C’est vraiment bien, même hors nostalgie comme les Crystal Stilts d’ailleurs. La nostalgie est à mon avis la pire chose en musique, c’est ce qui me fait me sentir vieux, alors j’évite, je ne veux pas ressembler à ceux qui m’ennuyaient avec le Velvet quand j’écoutais Spacemen 3, MBV, les Pastels et les Mary Chain. Tous devenus incontournables d’ailleurs. La roue tourne sans cesse.

  11. rocard a dit:

    d’accord sur Snowball des Field Mice, un bien beau disque qui résiste au temps.

  12. rocard a dit:

    LES PASTELS SONT DES GENIES

  13. Stc a dit:

    C’est vrai qu’il est très beau l’album de Crystal Stitls – je t’en avais fait entendre quelques morceaux Jo. C’est un pur bloc de formol, mais de la plus haute qualité.

  14. Suspiria a dit:

    Bon, ce délicieux morceau me fait penser à du TEENAGE FAN CLUB light, les Pastels et le label Sarah ne faisant pas partie des mes (p)références, ce label m’évoquant ces vieux adolescents effarouchés en duffle coat se faisant passer pour des étudiants alors qu’ils ont passé l’âge depuis longtemps. A l’époque, le grunge frémissait (88/89) et en ’93 le monumental (et ignoré à l’époque et ce pendant presque une décennie) EARTH 2 n’allait pas tarder à prendre le relais de « Loveless » (’91) au niveau déflagration sonore.

    Pour Alexandre : une question me taraude : ROUGH TRADE rue de Charonne en… ’92 ?
    Ne s’agissait-il pas de DANCETERIA à Cardinal-Lemoine plutôt ? Je me perds dans les dates…

    Pour Eyeless : pourrais-tu développer : « j’ai toujours eu du mal avec cette boutique (la pire étant New Rose) je m’y sentais pas à ma place » ? Les autres intervenants parisiens m’éclaireraient aussi sur ce ressenti négatif apparemment partagé.

    Sinon, pour les fans de MBV, LOOP et autres SPACEMEN 3 (dont je fais partie sans réserve aucune), l’écoute de l’album éponyme de THE DECEMBER SOUND me semble indispensable (serait-il passer hors de tes radars Joseph ?)

  15. jlg a dit:

     » ce label m’évoquant ces vieux adolescents effarouchés en duffle coat se faisant passer pour des étudiants  » cliché
    par contre j’aurais bien écouté Earth 2 à l’époque mince. En plus c’était sur Sub Pop, pas vraiment un truc inconnu à l’époque, où étaient les rock critiques?

  16. olivier a dit:

    @jlg: Il y a pas mal de groupes qui ont été oubliés par la presse « officiel » — pour ce genre de groupes, il y avait Hyacinth qui était super. ‘fin je suis sûr que Lightning Bolt ou Zu n’ont jamais figuré dans les Inrocks ou Magic. Je dis ça, je ne lis plus et ça n’a pas d’importance, l’important c’est d’écouter.

  17. j a dit:

    Boys (& girls ?), j’ai fait la plus grande partie de mon éducation musicale à Danceteria, New Rose et Rough Trade. Je m’y suis toujours senti bien et les pélerinages à la Danceteria le samedi après-midi (avec Marco – où es-tu ?) restent un souvenir incroyable. A chaque fois que je sors du métro Cardinal-Lemoine (deux fois par an ?), j’ai un pincement quelque part. Merci, donc, à ceux qui tenaient ces boutiques, en particulier : Jérôme, Stéphane, Philippe.

    Il y en a eu d’autres, bien sûr : Gibert, Paris Jazz Corner, Wave, Le Rideau de Fer, etc. Aujourd’hui, c’est surtout Bimbo, Gibert, Plus de Bruit (Allez-y de ma part : le patron est un excellent conseil et il a formé plusieurs générations…).

    Ah oui, et c’est à Rough Trade que j’avais acheté Earth 2 !

    December Sound ? J’y cours… Merci.

  18. Suspiria a dit:

    Complément d’information : renseignements pris, ROUGH TRADE Paris a ouvert en octobre ’92. Bravo Alexandre! Personnellemnt, je n’ai, comme Joseph, jamais ressenti aucune gêne ni à New Rose, Danceteria ou Rough Trade, magasins où j’ai séjourné de nombreuses heures par parfaire mon éducation musicale, découvrir les nouveautés mais aussi où j’ai pu rencontrer et débattre avec de vrais « gens » de visu (difficile avec les commandes par internet), pas des « amis » virtuels comme sur MySpasm ou Fessbouk, dont certains sont devenus mes amis (ils le sont aussi du reste sur les sites pré-cités).
    Quant au cliché : oui, j’avoue m’être emballé, il aurait fallu lire : « des jeunes déjà vieux en duffle coat aspirant à devenir de sensibles étudiants ».

  19. Suspiria =>

    J’ai fréquenté assidument la boutique Rough Trade pour les disques parce que les vendeurs…

    Soyons un peu cash :

    Après le déménagement, dans la seconde boutique, il y avait, en bas au comptoir, un certain Ivan qui était une grosse tête de con élitiste, un Jérôme un peu rondouillard un poil plus sympathique et un grand barbu métallo (au passage, auteur du meilleur morceau de drum & bass made in France, Planète Interdite) plus open, en haut, les rockers étaient nettement plus friendly !

  20. jlg a dit:

    venant de ma province, comme tout le monde le sait accueillante, les gens des magasins de disques à Paris m’ont toujours paru très hostiles. En même temps, ça fait partie du job, non? perso j’aime bien finalement les « têtes de con élitistes », c’est souvent eux qui ont raison à la fin, non?

  21. lunA.Lee a dit:

    Que de comments … comme au moment du « retour » de MBV, les gars nourris par cette sique de la charnière 80-90 sortent du bois ! J’en fais partie.
    TPOBPAH synthétise en son nom l’essence de ses sons, l’inspiration ténue mais têtue de ces groupes à la fois sous estimés et chéris. Des groupes d’apparence sans ambition particulière, tendres, fragiles, jouant flou chantant faux, parfois. Des groupes à géométrie variable, comme artisans intermittents. Des groupes faisant de l’existentialisme en origami.
    De l’ivresse juvénile débraillée d’Up for a Bit (86) à l’abstraction pop lunaire d’Illumination (97), the Pastels se sont livrés à une mue lente et passionnante, toujours tranquille sur le fil de plus en plus invisible.
    Suivant un peu le même chemin – avec moins d’épines sur les roses – en 3 ans et une cinquantaine de morceaux (3 belles rééditions chez LTM), the Field Mice ont labouré tous les champs du romantisme post ado, sans emphase ni affectation, avec un sens de l’épure cristalline.
    Je suis revenu vers ces groupes, les ai redécouvert et ressenti de nouvelles émotions.
    Ecoutez Freezing Point, sur For Keeps ; réécoutez Missing the Moon ! Tendres, fragiles, parfois floues, oui, mais aussi écrites et produites en ondes, nappes, boucles, couches, souffles, suspension, nerfs (oui !).
    Et suis-je néo con en disant que je n’écouterai pas the Pains of Being parce que c’est la même chose, en forcément moins bien aujourd’hui ; ils ne sont pas en cause (même si, comme pour Deerhunter, je vois déjà tous les autres à travers eux), mais parce qu’on avait cet âge qui se reflétait alors dans ces musiques, … et qu’on ne l’a plus.
    La mélancolie ne se plante qu’une fois, elle est la seule fleur qui ne se fane pas.

  22. pornoccio a dit:

    Bon disque, fragile, mineur, un peu en-deça quand même… mais surtout très très belle pochette (le vinyl vaut le coup d’oeil)

  23. C’est vrai que c’est fou ce retour. Je pense aussi à des trucs comme School of Seven Bells…

  24. rocard a dit:

    les Wavves bricolent aussi sur les distorsions et l’énergie, le chant retraité et les mélodies évidentes.

  25. nicnic a dit:

    Encore un groupe revival avec un son un peu plus américain:
    http://www.ithugsback.co.uk/. Moi j’aime bien, même si ils n’ont pas inventés grand chose pour le coup…

%d blogueurs aiment cette page :