Je me souviens de Nino Ferrer, parti il y a dix ans.

Cannabis de Nino Ferrer, sur des images de Nino, montées post-mortem en 2003. Nino s’est donné la mort en 1998, le 13 août. Deux jours avant son anniversaire. En 2005, Christophe Conte et moi avons écrit sa biographie, que sa famille n’avait pas appréciée (après nous avoir tout de même sympathiquement accueilli chez eux, chez lui). Nous y avions mis beaucoup de nous-mêmes, de Nino et de son époque aussi, je crois. Et écoutez ses disques, certains sont toujours merveilleux, à commencer par les albums Métronomie, Nino et Radiah, etc. Personnellement, j’ai toujours un faible pour le morceau La Rua Madureira, bossa sixties atypique et mélancolique.

Publicités
4 commentaires
  1. cyril a dit:

    De Nino (que je connais pas assez) sur quel album on trouve Les Morceaux de Fer. J’ai un souvenir très ému de cette chanson qui est pour moi une merveille de naïveté poétique aux synthés troublants.

    Je crois qu’il a aussi fait un disque intrumental à ses débuts avec B Estardy est ce que c’est bien le cas ? J’en ai entendu qques morceaux et c’est fanstastique !

  2. DELETE_POSOM a dit:

    Les Morceaux De Fer ça vient de « Suite en oeuf »…

  3. joseph a dit:

    Je vous suggère de lire : Nino Ferrer, Du Noir Au Sud, la bio de Nino écrite par Christophe Conte et moi-même… Sinon, vient aussi de sortir un chouette livre sur Nino signé par Olivier Cachin, C’était pourtant bien.

  4. Francky 01 a dit:

    Je ne connais de Nino Ferrer que ces morceaux commerciaux. Dommage, car j’ai l’impression que, comme Salvador, il a fait de très bon albums hélas boudé du public ! « Cannabis » est excellent. Batterie rock, percus endiablées, basse groovy, envolée de synthé vintage, paroles poétiques Gainsbouriennes, bref le cooktail idéal ! Perso, ça me donne envie de découvrir le lascar ! A + !!!!!

%d blogueurs aiment cette page :