archive

Archives Mensuelles: août 2008

Le livre s’intitule Wacky Packages, et il reprend l’intégralité de séries de cartes à échanger éditées par la marque Topps dans les années 60 et 70. Topps faisait surtout dans les cartes de baseball, mais cette série propose tout autre chose : des détournements de marques connues, dans un esprit plutôt taré, inspiré par ce que faisait le magazine Mad. D’ailleurs, certains dessinateurs de Mad sévissait chez Topps. C’est ce qui avait conduit le jeune Art Spiegelman à entrer en contact avec Topps, dès l’âge de 14 ans, pour commencer à y travailler vers 18 ans. Tout cela Spiegelman le raconte en préface à Wacky Packages, livre assez délirant et vraie petite leçon de graphisme déviant.

Publicités

J’aime bien cette chanson, mais j’en cherchais plutôt une autre, que j’aime mieux : Je reprends la route demain. Et, en passant, je me suis surpris à regarder les émissions qu’Antoine fait maintenant en me demandant si les Antoine d’aujourd’hui s’en sortiront aussi bien et avec autant d’humour que lui, dans 40 ans.

Je ne sais ce qui se passe cette année, mais j’ai l’impression d’avoir entendu bien plus de disques étranges, malicieux, organiques, différents, que durant les six dernières années. Un regain de créativité ? Je ne sais pas, et toujours est-il que je suis là, assez bluffé par l’album d’un groupe dont je ne connais rien, The Pyramids, sauf qu’il est sur un bon label de rock américain taré, Hydra Head (on y croise Jesu, Isis, Pelican). Le disque des Pyramids est juste incroyable de turbulences et de tornades, habité par cet air des albums faits à la maison, mais dans une maison hantée, en train de s’écrouler, le blizzard juste dehors. J’y entends des spectres venus de My Bloody Valentine, de Jesus and Mary Chain. J’y entends des maladresses mises à nu, des voix qui meurent en hurlant, des rythmes inhumains, une violence qui ne s’exprime qu’en s’envolant très loin. Il y a comme un mélange perturbant de vie et de mort, de jeunesse et de temps qui va trop vite, d’orage qui gronde par là-bas et déboule vite jusqu’ici. L’album est sorti en un double CD : pour le moment, j’écoute le premier, sur le site du groupe. Je n’ai pas écouté le second disque qui rassemble des remixes des chansons (oui ce sont des chansons) de ce groupe qui n’a pas l’air d’exister sinon dans l’imagination de celui qui a dû l’inventer au pied de  son lit. 2008 est une belle année pour les perdus, les ravagés de l’esprit qui s’en remettent au bruit.

http://www.hydrahead.org/hh/pyramids_site/

%d blogueurs aiment cette page :