Je suis accro à Maruo

L’univers du Japonais Suehiro Maruo est assez envoûtant, souvent aux limites du trouble et des représentations plutôt extrêmes. Plusieurs de ses livres sont disponibles en français, édités dans la première moitié des années 2000, mais plus rien depuis deux ans, je crois. Il faut au moins lire ceux qui ont été édités par le Lezard Noir : www.lezardnoir.org

About these ads
5 commentaires
  1. eyeless a dit:

    Pour moi c’est à la limite de ce que je peux regarder, ce qui est vraiment troublant c’est le gouffre entre le trait du dessin, d’une qualité vraiment exceptionnelle et les scènes qui sont décrites parfois à la limite de l’imaginable.

    Rien à voir mais j’ai vu Mister Lonely de Harmony Korine hier soir et qui vaut le déplacement, plein de poésie et de délire, quelques moments sont d’une beauté sidérante. Jason Pierce a écrit une partie de la musique et une scène est portée par le 13 angels de Silver Mt Zion une des mes chansons préféré de tous les temps …

  2. Les plus beaux sont les premiers. Qsaku est un livre fascinant et drôle, il y en a un autre de la même période qui est tout aussi beau et qu’il faudrait éditer (1982) je pourrais presque rentrer dans certains dessins.
    son dernier manga est une adaptation de l’île Panorama de Ranpo, il est très beau, la ligne est très pure et fine, il est paru l’an dernier.
    Quand on pense à toutes ces jeunes filles au Japon qui raffolent de Maruo, ça laisse rêveur…
    Si un jour tu passes à Poitiers, je te montrerai quelques originaux.

  3. jg a dit:

    J’arrive ! Des originaux de Maruo… Je rêve !

    Ah, j’ai aussi vu Mister Lonely, que j’aime beaucoup, mais je ne me souviens pas de la scène avec Silver Mt Zion ?

  4. eyeless a dit:

    La deuxième scène avec les nonnes quand une se ballade près de la mer, qu’elles dansent dans l’air … Mais je ne suis plus sûr.
    Agnès B a fait une brève intro au film en disant que certaines scènes nous suivrait pendant longtemps, qu’elle avait vu le film 7 ou 8 fois et que la magie opérait toujours.
    Je vois bien ce qu’elle a voulu dire, certaines scènes me hantent, la magnifique scène de la balançoire, la nonne figée sur un rocher dont le drapé semble sorti d’une peinture préraphaélite , le petit chaperon rouge sur la voix ferrée …, je n’en dis pas plus pour les lecteurs de ce blog mais moi qui suit très sensible aux sensations que procure parfois le cinéma j’ai été comblé, avis aux amateurs, le film sort début décembre grâce au formidable distributeur Shellac.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 7 124 autres abonnés

%d bloggers like this: